Gerardo Leal : Un Mexicain à Babaomby
16 novembre 2015 - EscalesNo Comment   //   2293 Views   //   N°: 70

Ce sympathique mexicain basané ne reste pas allongé sur le sol (comme le chantait Luis Mariano) mais passe l’essentiel de son temps… entre ciel et mer sur sa planche de kitesurf, porté par le Varatraza qui souffle avec une belle et régulière intensité d’avril à novembre. 

« Nous sommes ici, en mer d’Emeraude à l’entrée de la baie de Diego Suarez (Antsiranana), sur l’un des spots mondiaux les plus réputés pour le kitesurf. » Gerardo Leal ne regrette visiblement pas de s’être installé sur la presqu’île de Babaomby il y a deux ans. « J’avais une école de kitesurf à Tulum, au Mexique, où nous pouvons pratiquer notre activité de novembre à mai. J’ai naturellement choisi Madagascar, où j’avais eu un coup de coeur pour l’Ile-aux-nattes (Sainte-Marie) il y a près de 10 ans, car les saisons sont inversées. En fait, je vis désormais ici toute l’année. » 

Cet ancien location manager qui assurait des repérages pour l’industrie cinématographique est un passionné de nature et très impliqué dans le développement durable de ses activités. À l’image des quelques opérateurs, centres de kitesurf ou windsurf et structures d’hébergement, qui sont implantés dans un décor naturel préservé qui ne demande qu’à être mis davantage en valeur.

La presqu’île de Babaomby est dotée, en effet, d’une riche avifaune, d’une flore extrêmement variée, de récifs coralliens où l’on croise quantités d’espèces (raies, tortues marines…) et jusqu’aux baleines de juillet à septembre. Rien pour regretter le Mexique, « à l’exception de la cuisine de mon pays », conclut Gerardo Leal.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]