Fitah Rasendrahasina
24 mai 2016 - Cultures commentaires   //   2089 Views   //   N°: 77

« Après la dernière note, l’auditoire était resté suspendu dans un silence religieux. L’on pouvait sentir combien il avait touché les gens ». Ces mots de Verlyn Schultz, organiste à Grand Rapids dans le Michigan, décrivent très exactement ce que l’on ressent après chaque performance du ténor Fitah Rasendrahasina… Du moins, juste avant la salve d’applaudissements qui soulève la salle ! Ceux qui l’ont entendu en récital en mai dernier avec l’Ensemble vocal Hiraitra ou encore au concert des Quatre Ténors à la 1re Rencontre Musicale de Madagascar Mozarteum peuvent en témoigner.
Le talent de ce ténor grand lyrique a été repéré très tôt. Et pourtant, il ne lui a pas fallu longtemps pour comprendre qu’être doué ne suffit pas : « Il faut nécessairement se former pour devenir un bon musicien. » Alors, parallèlement à ses études à l’université d’Antananarivo, il s’inscrit en chant à l’Anglican Music Institute en 2008. 

En 2010, avec le soutien financier de la communauté de la Woodlawn Christian Reformed Church, aux États-Unis, Fitah est admis dans le département de music performance du Calvin College à Grand Rapids avec une bourse d’études en prime.

La même année, il gagne le Concerto Competition (le concours annuel de musique du Calvin College) et dès lors, toutes les portes s’ouvrent à lui. Il est sélectionné par l’opéra de Grand Rapids pour le rôle d’Edmundo dans Manon Lescaut en 2011, et les invitations de festivals s’enchaînent : Cleveland, Beaver Island… Puis, il remporte le Grand Rapids Opera Award.

En 2012, c’est la consécration. Notre ténor malgache est finaliste au concours national Orpheus Vocal Competition et obtient le rôle-titre dans La Bohême de Puccini, une des plus grandes productions de la saison pour l’opéra de Grand Rapids. C’est une étape conséquente pour Fitah Rasendrahasina, qui est le benjamin, et d’ailleurs le seul véritable étudiant de la distribution ! Il est entouré de grosses pointures habituées des scènes prestigieuses (le rôle de Mimi est interprété par la soprano Alyson Cambridge). La collaboration avec le pianiste Michael Finley, coach au Metropolitan Opera de New-York, restera l’une des plus belles expériences de notre jeune Rodolfo. Mais parmi ses mentors, il cite également son professeur de chant Roger Scanlan et le chef d’orchestre Joel Navarro qui, lui, le dépeint comme un chanteur d’exception : « Fitah est un cadeau pour la communauté, il a une voix qu’on rencontre rarement plus d’une fois dans une génération. »

Les études américaines du jeune homme durent trois années, soldées par un Bachelor of Arts in Music. Avant de revenir sur la Grande Île, Fitah vivra beaucoup d’autres moments remarquables, notamment avec le choeur Capella dont il est membre, ou encore avec l’ensemble Calvin Oratorio Society qui le choisit comme soliste ténor pour Le Messie de Haendel en 2012.

Rentré à Madagascar en 2013, les activités professionnelles de Fitah tournent entièrement autour de la musique classique. Ses fonctions comprennent le poste de directeur à l’Anglican Music Institute, où il est aussi professeur de chant, d’histoire et de littérature musicale. Il enseigne également au Liturgy Music and Multimedia Institute, le département musical de l’université réformée de Madagascar. Ses week-ends sont en général occupés à la formation de chorales à la demande, ainsi qu’à la direction du choeur Taninketsa Ambonin’Ampamarinana, qui a été son berceau lorsqu’il a commencé à chanter, à l’âge de cinq ans.

Plus que jamais, Fitah Rasendrahasina est persuadé du rôle primordial de la musique dans la communauté, et du talent réel des musiciens malgaches. « Mais pour que le métier de musicien devienne un statut reconnu et estimé comme il se doit à Madagascar, il faut d’abord savoir considérer la musique comme une discipline et non un simple loisir. » La prochaine actualité du ténor à la voix d’or : le Choir Symposium organisé par l’Anglican Music Institute, à Ambohibao, courant juin.

Retrouvez Valérie Raveloson dans l’émission Opus 106 tous les dimanches de 18 h 30 à 20 heures sur la RLI FM 106 by no comment®. 

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer