Fifou : « Mon hôtel est zéro plastique »
9 juin 2020 - Cultures commentaires   //   957 Views   //   N°: 123-125

Zéro plastique, c’est le défi relevé par l’hôtel Princesse Bora Lodge & Spa à Sainte-Marie (Nosy Boraha). Il est même le premier hôtel du genre à Madagascar. Fifou, propriétaire de l’établissement, estime important de sensibiliser aussi les bien les hôteliers que les touristes sur ce fléau.

Fifou,
propriétaire de Princesse Bora Lodge & SPA

Pourquoi cette guerre au plastique ?
Comme beaucoup d’endroits à Madagascar, sur la petite île de Sainte-Marie il n’existe aucun moyen de traiter les déchets. Les hôteliers, les industriels et les villageois sont livrés à eux-mêmes. On arrive à recycler beaucoup de choses mais le plastique, en général, on ne sait pas quoi en faire. Des gens me disent de le transformer en pavés mais pour cela il faut couper du bois pour le chauffer, utiliser du sable, etc. Finalement, il n’a pas grand intérêt et la seule solution est de l’éviter au maximum. Il faut passer par des gestes simples mais essentiels. Nous nous sommes fixé des règles mais demandons aux touristes de faire de même.

D’où la création de bouteilles d’eau en verre ?
Toutes les boissons sont disponibles en verre sauf l’eau minérale. Ayant déjà travaillé dans le traitement des déchets et le recyclage, nous avons décidé de construire un bâtiment, avec des cuves et des appareils de filtration. Les travaux ont duré six mois. Pour le verre, nous l’importons, mais l’eau est locale et provient d’une source près de l’hôtel. Après récupération, elle passe par plusieurs procédés comme les filtrations, l’UV, la décantation, la reminéralisation – pour qu’elle soit saine pour le corps, on y ajoute des sels minéraux – et enfin la mise en bouteille. Cette eau est certifiée et régulièrement contrôlée par l’Institut Pasteur. Elle est devenue l’eau de Sainte-Marie, une première à Madagascar. Vendue à 8 000 Ar, une partie des bénéfices est reversée à l’association Anjaranay et leur projet Rano Madio (eau potable) dans les écoles.

Le zéro plastique passe-t-il par d’autres actions ?
Dans les chambres, nous disposons des paniers en raphia et non en plastique. Nous faisons également nos expressos avec du café en grain et non avec les capsules. Il en est de même pour les pailles. Nous produisions nous mêmes des pailles en bambou pour éviter celles en plastique, mais qu’en fin de compte, on peut aussi très bien servir une boisson sans paille du tout. Il y a également des clients qui jettent leurs bouteilles de shampooing vides par exemple ; je les récupère, je mets des étiquettes avec les noms des clients et je les dépose sur une étagère dans une forêt près de l’hôtel. La raison est simple. Si un jour, leurs enfants ou petits-enfants séjournent à l’hôtel, ils verront ces bouteilles, car le plastique est inerte pendant des siècles, et ils ne seront pas fiers de l’irresponsabilité de leurs aînés. Depuis cette initiative, il y a beaucoup moins de bouteilles qui se baladent. Comme hôtelier écoresponsable, il faut savoir donner l’exemple.

Propos recueillis par #AinaZoRaberanto

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer