Fainty fainty : Vraie fausse vie, fausse vraie télé
12 mai 2016 - Médias commentaires   //   2513 Views   //   N°: 76

Après les avalanches de télécrochets et d’émissions de téléréalité, voici maintenant les scripted reality, les séries réalité. La première à Madagascar, Fainty Fainty, est diffusée sur Viva, deux fois par mois, le dimanche, à une heure de grande écoute.

À mi-chemin entre la téléréalité et la fiction, les émissions de réalité scénarisée, ou séries réalités, trouvent leur public auprès des jeunes et des ménagères. Les chaînes françaises proposent une demi-douzaine de programmes de ce format avec Le jour où tout a basculé sur France 2 ou Au nom de la vérité sur TF1. Se voulant précurseur dans le domaine, Viva a lancé Fainty Fainty le 11 décembre 2015.

« Il y a actuellement une multitude de programmes produits et réalisés par les Malgaches pour le petit écran : émissions culinaires, séries, téléréalité… Nous avons voulu apporter une nouveauté dans le but de lancer la nouvelle version de notre chaîne », explique Éric Dozi, directeur de production du programme, « Fainty fainty est une expression très utilisée à Mahajanga (pour qualifier les petits malins qui se sortent des mauvaises passes). Les histoires relatées sont souvent des histoires d’amour et de trahison, mais on veut surtout qu’il y ait une certaine morale : malgré les coups durs de la vie, il faut toujours se relever. »

Avouez qu’il y a de quoi être curieux, qu’est-ce que ce nouveau genre ? Ces productions, que le Centre national de cinéma français refuse de catégoriser dans la fiction, durent 26 minutes et le tournage se fait en une seule journée : « Nous utilisons du matériel de cinéma et les acteurs ne sont nul autre que les concepteurs et animateurs des différentes émissions de la chaîne », nous informe-t-on. Les téléspectateurs retrouvent donc Henintsoa, figure phare de la matinale de Viva, qui fut perplexe lorsque le projet lui a été proposé : « Je ne suis pas actrice, je suis animatrice », explique-t-elle, « j’appréhendais de jouer la comédie mais je me suis dit pourquoi pas ! »

Les histoires sont vraies, ou du moins inspirées de la réalité, et visent tous les publics. Selon Éric Dozi, « les gens viennent nous voir et nous racontent leurs aventures. À nous ensuite d’écrire le script, mais nous évitons les scènes obscènes car encore une fois, nous voulons qu’il y ait une certaine morale. » Prochain rendez-vous de toute la famille ? Dimanche soir à 20 heures devant les pseudo-réalités de la vie.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer