Erika Rakotomalala : La fibre environnementale
7 décembre 2015 - AssociationsNo Comment   //   3002 Views   //   N°: 71

Lors de ses études en France, Erika Rakotomalala avait choisi de se spécialiser dans la gestion environnementale des écosystèmes et forêts tropicales avec, en arrière-pensée, l’idée d’apporter un jour ses compétences à son pays natal. Cette ambition est en cours de réalisation, depuis quelques mois, dans la région DIANA. 

« Je suis, sûrement, davantage portée par la fibre environnementale que par la fibre nationaliste. » ainsi s’exprime cette jeune métisse hispano-malgache qui a vécu depuis l’âge de 13 ans en France et qui a déjà sillonné le monde. En Haïti, Equateur, Ethiopie et à Madagascar, elle a pu vérifier que ses parents avaient vu juste en cherchant à ce que leurs enfants « aient un bagage reconnu partout ».

« Je suis ravie de travailler actuellement au sein du Programme d’appui à la gestion de l’environnement (Page) de la Coopération allemande (GIZ) même s’il s’avère compliqué de convaincre une population rurale qui vit dans l’urgence du quotidien, de raisonner à long terme. J’ai, d’ailleurs, quelques difficultés à comprendre la résignation d’une population aux conditions de vie extrêmement difficiles et qui, malgré tout, garde l’espoir et le sourire. » 
 

Le programme Page au sein duquel Erika Rakotomalala appuie la mise en application du cadre réglementaire en foresterie ainsi que les producteurs dans la commercialisation du « charbon vert » (charbon de bois issu de plans de reboisement), est suffisamment motivant du point de vue de ses impacts environnementaux et sociaux pour « envisager quelques nouvelles années à Madagascar jusqu’à ce que d’éventuelles autres opportunités sur la planète se présentent »

Il est vrai que les latitudes au sein desquelles il est urgent d’agir pour la protection de l’environnement ne manquent pas à l’appel… 

Texte et photo #RichardBohan

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]