DJ Poun
6 août 2014 - By night commentaires   //   2428 Views   //   N°: 55

« L’utile est l’agréable »

DJ Résident pour Le Club depuis juin 2013, DJ Poun met un point d’honneur à toujours satisfaire son public, sans pour autant renier son goût pour l’electro et la musique black. Un boulot et un plaisir personnel qu’il renouvelle chaque fin de semaine. Le veinard.

+ Quel genre d’ambianceur es-tu au Club Antanimena ?

 

Avec DJ Roddy, on est là pour que tout le monde s’amuse sur la piste, les vendredis et samedis soirs. On est réputés pour surtout passer de l’electro, mais on s’efforce de mettre de tout. Certains n’aiment pas l’electro, mais c’est sur ce style de musique qu’on voit le plus de bras levés dans le public. On se relaie à partir de 21 heures tous les deux, sans s’imposer d’ordre de passage ou de durée dans nos mix : quand l’un est fatigué, l’autre prend sa place. On a chacun sa sensibilité personnelle. J’aime le rap par exemple, du coup mixer sur ce genre de musique est naturel chez moi. Sinon j’apprécie aussi l’electro assez agressif, le dubstep et même la hardtecho.

+ Des boules de billard aux boules lumineuses, il n’y a qu’un pas ?

(Rires) C’est vrai, j’ai d’abord été un habitué des tournois de billard… et je le suis toujours. Entre 2006 et 2013, j’ai remporté une soixantaine de coupes. Dans les compétitions, on a raccourci mon prénom Mampionona en Poun pour qu’il rentre dans le tableau, et depuis ce pseudonyme m’est resté. Le billard et le deejaying sont très liés au monde de la nuit. Sortir en boîte, après les tournois, était un peu une habitude. Et plus tard, je me suis essayé au mix pour passer le temps, entre deux parties, avant que cela ne devienne, vers 2007, une véritable passion. D’abord sur un ordinateur sous VirtualDJ, et plus tard avec ma propre platine, une CDJ-2000.

+ Comment as-tu appris le deejaying ?

Il y a certaines bases à connaître pour mixer bien sûr, mais j’ai toujours été en contact avec des professionnels, dont DJ Roddy, qui est un ami de longue date et avec qui j’ai collaboré plusieurs fois. Finalement nous nous sommes retrouvés comme collègues et DJ résidents au Club où il travaillait déjà avant moi. C’est lui qui m’a le plus appris dans ce métier, et malgré que ça soit un boulot, on s’y amuse. Ensuite, il y a l’expérience personnelle, observer les autres mixer, ça aide. On m’a dit une fois : « Mieux vaut avoir de la culture que de la technique », autrement dit balancer de bons sons plutôt que de faire une démonstration de son habileté au mix entre les chansons.

DJ Poun
034 48 622 42

Propos recueillis par #JoroAndrianasolo

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer