DJ Falbella : « Beaucoup de concentration et de mathématiques simples »
4 mars 2020 - Cultures commentaires   //   619 Views   //   N°: 122

En plus d’être une jeune femme entrepreneure, Falbella est une DJette résidente aux Philippines. Là-bas, elle fait découvrir Madagascar mais surtout sa musique, un mélange de latino, d’afro et de house qui laisse son public en transe !

Pourquoi le DJing ?
J’ai grandi dans une famille qui aime la musique et dont certains étaient et sont des musiciens. Mon père était le chanteur de Tarika Rocco et mon frère est auteur-compositeur- interprète. J’ai commencé à suivre des cours de DJ en mai 2019, grâce aux réseaux sociaux où j’ai découvert les cours de la Sessions Academy. Je les ai contactés et une semaine plus tard je commençais mon premier cours. Après trois semaines, j’ai fait mon premier récital. Au début, à cause de ma timidité, j’étais nerveuse mais à force de m’exposer au public j’ai pris confiance en moi.

Je pensais que le DJing était facile mais quand tu es dedans, c’est autre chose : il faut beaucoup de concentration et de mathématiques simples…

Pourquoi les Philippines ?
Je voulais étudier dans le domaine médical. Un ami de mon père m’a suggéré de m’inscrire dans une école d’infirmiers aux Philippines. En 2012, j’ai obtenu ma Licence en sciences infirmières, puis j’ai poursuivi mes études et obtenu un Master en santé publique en 2016. Je voulais suivre mon père en France mais j’ai vu une offre d’emploi où l’on recherchait un « agent Français » toujours pour les Philippines. J’ai postulé et j’ai été acceptée. Je suis contente de ce choix parce que je n’en serais pas là où j’en suis maintenant si je n’avais pas décidé de rester.

Les Philippins sont-ils réceptifs à ta musique ?
(Rires) Pour une débutante, je ne m’en sors pas si mal ! J’ai des retours très positifs et cela me motive. J’avais peur que mes goûts ou mon style ne correspondent pas à leurs attentes car ils apprécient plutôt les sons hip-hop et EDM (Electronic Dance Music), très américains quoi ! Moi je suis plus dans une ambiance latino-afro. Mais une fois que j’ai commencé, ils me demandent de continuer. Là-bas, les clubbers sont pour beaucoup des Européens, des Indiens ou des Africains. Je suppose que ma musique les fait se sentir comme chez eux.

Ta recette sonore ?
Je mélange des vibes classiques, latino, afro-asiatique avec des basses et des tambours. J’aime aussi ajouter une touche de musique traditionnelle. En fait, j’ai deux identités selon la nature de ma prestation. Je suis Bella Ras – un composé de Bella, mon surnom, et de Ras pour Rasoanaivo, mon deuxième prénom – axée sur le reggaeton, moombahton (fusion entre la house et le reggaeton), dancehall, afrobeat, beats malgaches, pop latine, un peu à la demande. Et Falbella, inspirée de Falbala la nana d’Astérix et Obélix, quand je privilégie le Nu Disco, tech house, tropical, latin house, transe, progressive house et trance et psy trance. Actuelle- ment, je veux perfectionner mes compétences en scratch pour pouvoir participer à des compétitions.

Tu es aussi une entrepreneure ?
En 2018, j’ai créé ma propre entreprise de divertissement B.Fety (B pour Bella et fety du malgache fête) où je produis et organise la promotion d’événements mais agis aussi comme agent pour des groupes et des DJ. Être une femme dans ce business n’est pas si facile. Ici, les gens pensent qu’il est plus facile pour une femme d’obtenir des concerts car la majorité des salles est gérée par des hommes. Certaines femmes ont d’ailleurs cette mentalité et c’est malheureux ! Je voudrais briser cette perception. Je ne veux rien devoir au fait d’être une femme ou à l’apparence physique.

Tes projets ?
En tant que DJ, mon principal objectif est de jouer à travers le monde, en particulier à Madagascar. En février dernier, j’ai fait la première partie de Nifra, une DJette originaire de la Slovaquie, c’était une grande aventure pour moi. Sinon, je compte créer ma propre musique à partir de mon héritage malgache. Et pourquoi pas d’être une fierté pour Madagascar ?

Propos recueillis par #AinaZoRaberanto

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer