Dinosaure du Menabe
23 octobre 2012 - Nature commentaires   //   2658 Views   //   N°: 33

L’interpellation en août dernier de chercheurs américains et malgaches suspectés de trafic de dinosaures aura été le feuilleton de l’hiver. Un feuilleton à rebondissements digne d’un film de Spielberg, heureusement avec « happy end »…

L’exhumation d’un dinosaure à Belo-sur-Tsiribihina, dans la région du Menabe, a déclenché une vive polémique en août dernier. Avait-on mis la main sur un trafic international de fossiles mettant en cause des scientifiques américains et malgaches, comme le rapportaient les journaux ? « Beaucoup de bruit pour rien », rétorque le Dr Armand Rasoamiaramanana qui préfère pour sa part parler de « malentendu ».

Paléontologue et biostratigraphe de l’Université d’Antananarivo, il est à l’origine de la découverte de ce fossile de Tytanosaurus, un dinosaure herbivore vieux de 110 millions d’années, repéré par hasard en 2007 alors qu’il fouillait le terrain avec une équipe de scientifiques polonais.

 « Comme nous étions en mission d’étude sur les ammonites, nous avons préféré le laisser sur place, en prévoyant d’y revenir », explique-t-il. Les dinosaures l’intéressent à plus d’un titre, puisque c’est lui qui a coordonné la mission malgacho-américaine à l’origine de la découverte de Majungasaurus (Majungatholus), le fameux dinosaure « cannibale », exhumé dans le village de Berivotra, au nord-est de l’île (voir notre édition de mai 2012). 

Ce n’est qu’en 2010 qu’il revient dans le Menabe, accompagné de paléontologues de l’université américaine de Stony Brook, la même qui travaille depuis 1993 sur le site de Berivotra. Le gisement est en tout point fabuleux : pas loin de 200 kg d’ossements fossiles permettant de reconstituer un individu qui pouvait avoisiner les 30 mètres de long ! « Sa queue à elle seule fait sept mètres. Imaginez ce que ça pouvait donner quand il était vivant ! »

Le Tytanosaurus du Menabe porte avec lui un mystère, celui des conditions de sa mort, car il a été retrouvé – chose étonnante – dans une couche de terre marine. La question se pose alors : lui arrivait-il de rejoindre la mer pour se baigner ou manger des algues ? « Dans la partie de l’estomac, nous avons retrouvé des coquillages et des ammonites, des êtres typiquement marins. Le dinosaure en mangeait sûrement, bien qu’étant herbivore », commente le scientifique.

De nouvelles fouilles entreprises en 2012 auraient dû apporter un commencement de réponse, mais c’est là qu’éclate la polémique quand on annonce, en août, l’arrestation de huit chercheurs américains et malgaches suspectés de vouloir faire sortir du territoire des éléments du patrimoine national. L’exportation de fossiles est en effet interdite par un décret de 1982.

« Tout est parti d’un quiproquo, affirme le paléontologue. Il se trouve que les échantillons recueillis ont été déposés au bord de la route pour être dirigés sur Tana, et c’est là qu’un guide et des touristes les ont aperçus. Croyant avoir affaire à des trafiquants, ils ont alerté les autorités… »

Plus de peur que de mal, les scientifiques ont bien l’autorisation de prélèvement délivrée par le ministère des Mines. Et s’il est vrai qu’une partie des échantillons devaient être expédiés aux Etats-Unis, « c’est uniquement pour que les spécialistes de Stony Brook puissent les analyser avec des équipements plus performants que les nôtres », explique le Dr Rasoamiaramanana.

A charge pour eux, bien entendu, de les restituer à l’Etat malgache. Fausse alerte donc, mais le trafic de fossiles de dinosaures est loin d’être un fantasme quand on sait que de riches collectionneurs sont prêts à payer des fortunes pour de vieux ossements.

Un marché du fossile comme il y a un marché du tableau de maître. Témoin, ce squelette de Tyrannosaurus rex vendu aux enchères 8,3 millions de dollars chez Sotheby’s à New York, en 1997 ! Une surenchère qui inquiète les paléontologues, car ce marché clandestin risque de priver la science de découvertes capitales, intéressant le patrimoine de toute l’humanité…

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer