Des fjords aux hauts plateaux
1 juillet 2013 - AssociationsNo Comment   //   1560 Views   //   N°: 42

Jumelée avec la ville de Stavanger, la capitale du Vakinankaratra bénéficie depuis 150 ans d’une étroite collaboration avec la Norvège pour l’alphabétisation, l’environnement et la lutte contre la malnutrition. Côté culture, c’est au tout nouveau centre malgacho-norvégien que ça se passe.

Les locaux du nouveau centre interculturel malgacho-norvégien.

C’est en 1868 que les premiers missionnaires norvégiens s’installent à Antsirabe dans l’objectif d’évangéliser les populations. Madagascar était appelée par ces derniers tany maizina ou « terre sombre » à cause du culte des ancêtres qui était alors en vigueur. En 1888, le pasteur norvégien Rosaas, qui fut pendant vingt ans le seul Européen à résider à Antsirabe, fait construire la première bâtisse destinée à accueillir ses compatriotes en villégiature. « Ils y passaient leurs vacances tout en profitant des vertus curatives de l’eau thermale d’Andranomafana. Plus tard, la maison accueillera l’école norvégienne avec ses dortoirs », raconte Nils Kristian Hoimyr, pasteur et archiviste.

Cette ancienne bâtisse accueille aujourd’hui le centre interculturel réunissant musée, bibliothèque, archives. Inauguré le 30 mai 2013, il est situé rue Stavanger, en référence à la ville portuaire du même nom au sud-ouest de la Norvège, à laquelle il est jumelé depuis 2003. « Le centre vise à faciliter les échanges #culturels, économiques, environnementaux et sociaux entre les Norvégiens et les Malgaches », rappelle Bruno Jacky Randrianandrasana, professeur de langues et responsable des lieux.

Le musée malgacho-norvégien renferme des archives autrefois conservées dans le quartier d’Isoraka, à Antananarivo. Tous les documents ont été transférés récemment à Antsirabe pour une meilleure préservation. Parmi ces archives d’une valeur inestimable, on peut retrouver des documents sur la société et la culture malgaches, des photos anciennes de la ville d’Antsirabe, des cartes géographiques dessinées à la main, des correspondances, des livrets de mariage et de baptême datant des années 1890. Des pièces ont été aménagées dans le musée pour reproduire une maison typiquement norvégienne, ainsi qu’une salle de classe. Divers objets d’époque y sont exposés tel qu’un gramophone, des instruments de musique, de vieux fusils…

Sur place, on trouve également le centre de conférences et de compétences (Antsirabe Cross Cultural Competence Center) pour l’étude des langues malagasy, norvégienne et anglaise. Public visé, les étudiants, les stagiaires et les bénévoles. Une salle de séminaire ainsi qu’un atelier de travail et d’échange ont été aménagés, en partenariat avec les universités d’Antsirabe, Fianarantsoa et Antananarivo et d’autres institutions. Le centre dispose enfin d’une guest house de dix-sept chambres ainsi que d’une salle de restauration de cent couverts ouverte à tous les visiteurs.

« La coopération entre Madagascar et la Norvège ne cesse de croître, offrant toujours plus de possibilités aux jeunes Malgaches de s’ouvrir au monde par les échanges culturels et artistiques », relève avec satisfaction Bruno Jacky Randrianandrasana. L’autre bonne nouvelle, c’est un afflux toujours croissant de touristes norvégiens dans la ville d’Eaux, une bonne centaine prévue pour cette année.

Henintsoa Mampionona

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]