Daniel Andriamanjaka : « Impact minimum sur l’environnement »
5 juin 2012 - Nature commentaires   //   983 Views   //   N°: 29

Avec l’exposition « Fort Dauphin 2020 » Rio Tinto QMM (QIT Madagascar Minerals) a voulu répondre à certaines interrogations suscitées par ses activités d’extraction dans le Sud. Daniel Andriamanjaka, son directeur communication et affaires externes, s’en explique. 

Pourquoi cette exposition à la gare de Soarano sur le thème  Ensemble, construisons demain  ?
Nous avons pris l’initiative de ces cinq journées portes ouvertes pour faire savoir au public, aux institutions, à nos partenaires ce que nous faisons dans le sud de l’île. Depuis 2005 et l’intégration de QMM dans le groupe Rio Tinto, nous nous occupons d’extraire l’ilménite et le zircon à Fort-Dauphin. Mais nous agissons également dans le social, l’environnement, la santé, la création de PME ou le microcrédit. Les possibilités d’exploitation sont infinies dans le sud et 2020 est une date butoir pour tous : d’ici là il faudra que toutes les infrastructures adaptées au développement de la région soient installées et aient prouvé leur efficacité. 

Que répondez-vous à ceux qui s’inquiètent de l’état de la forêt primaire ?
La déforestation est inévitable, même sans nous, étant donné les besoins en bois de chauffe et de construction. Nous nous efforçons d’avoir le minimum d’impact tout en travaillant à la restauration et la 

conservation des sites sur lesquels nous travaillons. Les campagnes de reboisement régionales et tous nos sites de conservation vont dans ce sens. Ce sont, par exemple, 630 pieds de flamboyants, de matalis et de badamiers plantés au port d’Ehoala. Notre politique de sauvegarde de l’environnement nous a d’ailleurs valu le Nedbank Green Mining Award, volet environnemental, en Afrique du Sud en 2009. 

Quel avenir pour la région Anosy ?
Nous insistons beaucoup sur le partenariat public privé. Nous avons été les seuls investisseurs sur place durant les années les plus intenses de la crise. Aujourd’hui, les communes urbaines, les investisseurs internationaux comme GIZ sont prêts à aider au développement de la région. Nous voulons travailler main dans la main avec tout le monde. Un comité régional pour le développement est déjà en place. 

Propos recueillis par #JoroAndrianasolo

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer