Damy Govina
14 octobre 2014 - Comores commentaires   //   2324 Views   //   N°: 57

« Redécouvrir les Comores »

« Comores Découvertes », le premier  grand événement  culturel des Comores à Madagascar, a eu lieu au Tranompokolona d’Analakely le 16 août dernier. Sa co-organisatrice est Damy Govina, une  jeune Malgache  passionnée depuis toujours de culture comorienne.

Née a Mahajanga, d’un père Antandroy et d’une mère de Mandritsara, Damy Govina a toujours baigné dans  l’interculturalité. Son engouement pour la diversité culturelle comorienne lui vient  en 2002 quand elle  débarque avec sa petite valise à Moroni, sur l’île de Grande Comore, pour y poursuivre ses études secondaires. Choix assez incroyable !  « A cette époque, il était très improbable qu’une Malgache, qui plus est  lycéenne, choisissent les Comores pour y étudier, mais c’est comme ça  ! »  Et tout de suite c’est le coup de coeur pour ces  îles de la Lune (nom donné aux Comores par les Arabes) aux  traditions culturelles si colorées.

Apres avoir décroché son bac, elle est néanmoins obligée de revenir  dans son pays,  faute de pouvoir trouver une formation idoine à l’Université des Comores. Un véritable crève-coeur pour la jeune fille qui n’oubliera jamais l’archipel. La preuve, elle prendra plus tard  pour époux Aynour Mohamed,  un fils des Comores.

 C’est avec lui qu’elle a lancé cette année cette première édition de Comores découvertes. L’image des Comores et des Comoriens  à Madagascar  est très dépréciée, pour ne pas dire totalement négative. Cela est dû à  beaucoup d’incompréhension et de méconnaissance de ce que sont les Comores. Avec ce festival, on ajuste voulu rectifier le tir. »

Le public présent à cet événement a pu apprécier d’autres facettes de l’archipel. Du théâtre, notamment, avec une pièce portant sur « les difficultés de l’étudiant comorien a Madagascar », mais aussi de la mode, de la poésie, du  chant, de l’art oratoire (« kabary à la  comorienne »). Les danses traditionnelles étaient au rendez-vous avec un savoureux cocktail de tari, djaliko, biyaya, goma za tamaduni…  Celle qui a le plus impressionné le public a été le kandza  mohélien, une danse typique de Mohéli (Mwali en shikomori), l’une des quatre principales îles des Comores. Elle a été exécutée  par l’association des Mohéliens de Tananarive.

                                                                 

Dans l’assistance était présents tous les représentants du corps diplomatique et consulaire des Comores à Madagascar, mais également du ministère de la Culture malgache, signe  que l’envie de partager et de communiquer est bien là, d’un côté comme de l’autre.  La  prochaine édition de Comores découvertes sera consacrée à la femme comorienne et au thème de la polygamie. Nous y reviendrons.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer