Dadiposlim : « Tout pour la soul »
16 novembre 2015 - Comores Diaspora commentaires   //   2829 Views   //   N°: 70

Valeur montante de la soul comorienne, Dadiposlim a sorti en janvier dernier un premier album « Twamaya », que tout le monde s’accorde à trouver plus que prometteur, carrément abouti. Ce digne rejeton de Stevie Wonder et de Salim Ali Amir a déjà tout d’un grand.

« Twamaya » ?
C’est, à ce jour, le seul album à mon actif. J’ai mis deux ans à le réaliser. Il a été coproduit par Watwaniya Production et par Self Made Concept en France. Je me suis chargé de la production artistique sur Moroni et Self Made Concept s’est occupé de la réalisation et de la production finale. C’est donc un album élaboré entre les Comores et la France. Je voulais que ce soit une sorte de carte de visite avec mes différents univers de prédilection, c’est pour cela que les onze titres sont assez éclectiques. Vu la réaction du public lors de mon grand concert du 15 août à l’Alcamar (Alliance comorienne pour l’alphabétisation et la mutualisation des acquis et ressources) de Moroni, je constate que la réception est à la hauteur de mes espérances.

Tes références ?
Enfant, j’étais fan de Stevie Wonder et de Salim Ali Amir, cela m’a pas mal poussé vers la chanson. J’ai mis un premier pied dans la musique à l’âge de 8 ans. J’ai commencé part les kassuda (chants traditionnels), avant d’intégrer le groupe de mon grand frère Momo Boss, 1Poz Ton Style, avec Dr Haps et Don Diablo. J’ai d’abord fait le batteur, puis je me suis retrouvé à la guitare pour finir par retrouver le chant. Au niveau composition, j’ai commencé par quelques titres, comme Nifanye en 2007, qui m’ont fait connaître du public comorien et de la diaspora.

Tes relations avec le rappeur Cheikh MC ?
Fraternelles. C’est grâce à lui que j’ai débuté et je lui en suis chaque jour reconnaissant. C’est lui qui m’a écrit Nifanye et d’autres textes de l’album. Il est toujours très impliqué dans Watwaniya Production, label qu’il a créé, et j’ai eu la chance de l’accompagner sur des tournées en Afrique et en Europe. Cela m’a aussi permis de rencontrer des artistes extraordinaires comme Cromaou Chucky Par.

Madagascar ?
J’espère pouvoir un jour jouer sur la Grande Île. Nous avons un patrimoine musical commun à mettre en valeur. J’ai des tas d’amis malgaches ou d’origine, comme Allan J qui a composé le titre Twamaya et donné le nom à l’album. Pourquoi pas d’autres collaborations ? Le temps des fusions est arrivé.

Propos recueillis par #MourchidiMoussafiri

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer