ECRIVEZ NOUS
Please wait...
C’est vous qui le dites

Coups de coeur, coups de gueule, envie d’envoyer un message à une personne qui vous est chère ou simplement de vous exprimer… cette rubrique vous est dédiée. Envoyez vos mails à courrier@nocomment.mg, nous les publierons.

Unique
Unique comme je suis. Unique comme tu es. Unique comme nous sommes. Oui, tout le monde est unique. Il n’y a qu’un seul Jean Joseph Rabearivelo, qu’une seule Rasoa Kininike, qu’un seul toi… On a tous quelque chose de particulier, de spécial. Donc, sois fière de tes différences, montre-nous ta personnalité, ton potentiel. N’accepte jamais la défaite. Je sais que tu as des pierres précieuses qui se cachent quelque part en toi – ose montrer ce beau trésor. Surmonte tes peurs, tes timidités… tes défauts. La réussite t’attend ; courage. Je dédie ce petit texto à toi qui es en train de lire ce magazine, et à ma nièce Tatianah Laiah Rafidiniaina (fidèle lectrice de no comment®).

Audrey Angelia Rahaingomalala

Orgasme culinaire !
Depuis maintenant trois ans, je ne rate aucune publication de mon mag préféré, et ce pour une raison bien précise ! La gourmande qui sommeille en moi vis littéralement pour les recettes du mois offertes par no comment®. Des recettes alliant gastronomie et simplicité, faciles à reproduire chez soi. De quoi me faire complètement oublier mon régime ! Dernièrement, j’ai pris plaisir à reproduire le zébu roulé sauce blood au vin et parmentier cylindre, rôti de cerise, recette parue dans le n° 96 du mois de janvier, et que dire ? Orgasme culinaire à tous les étages ! Au diable cette petite voix qui me rappelle mes kilos en trop ! Le hen’omby hafa kely publié en août 2017 dans le n° 91 fait partie de mes recettes préférées. En accompagnement de ces bons petits plats, je m’inspire des cocktails du mois que je retrouve dans le mag. Cette fois-ci, je n’ai pas eu àchercher très loin et j’ai reproduis le fameux Bob Marley du mois de janvier. Petit jus de mangue par-ci, petit clipper Peppermint par-là. Mmmmh ! La vie est trop courte pour se priver, donc profitons !

Une fidèle lectrice

Quoi ma gueule ?
Je tiens à féliciter l’équipe du magazine pour le travail qu’il fournit chaque mois. Je suis particulièrement fan du concept de la rubrique Cahiers de Nuit. À défaut de pouvoir sortir tous les soirs pour faire le tour des endroits « hype » de Tana, ça me permet de m’évader par procuration et d’avoir une idée des nuits torrides que la ville des milles a à offrir.
Tous les mois je m’adonne à un petit jeu de hasard pour voir sur quelles connaissances je vais tomber. Et cette fois-ci, que ne fut ma surprise de voir ma propre tête dans le numéro de janvier lors d’une soirée au Grand Hotel Urban à Ambatonakanga ! Une bien belle surprise pour ce début d’année. Merci no comment® !

S.R.

Le bonheur
« Il est très difficile de trouver le bonheur en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs », a dit Gautam Bouddha. Ce sera l’inspiration de mon sujet d’aujourd’hui…
Beaucoup de gens ont tendance à penser que ce sont l’argent et la richesse les chemins du bonheur. Ce à quoi je m’oppose dans un certains sens. Certes, l’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue comme dirait l’autre. Par conséquent, on ne peut entièrement le dissocier du bonheur. Après tout, l’aisance financière n’est qu’un outil permettant l’amélioration de la qualité de vie, voire le calme de l’esprit. Le confort matériel procure certainement de la joie, du plaisir et peut être même du bonheur, mais cela est bien relatif et souvent éphémère.
La vraie sérénité provient moins de l’argent que de la bonne santé (même les milliardaires ne peuvent l’acheter) et de l’affection sincère et non intéressée d’autrui. La tendresse, la douceur, le respect, l’altruisme… toutes ces choses du coeur ne sont que les morceaux du grand puzzle qui forme le bonheur. Finalement, le bonheur n’est pas compliqué. Simplement il se mérite !

Akshay S Manjee

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer