Conor Ralphs : « Tête prête à exploser »
12 décembre 2014 - CulturesNo Comment   //   1574 Views   //   N°: 59

Il a organisé la venue des différents artistes sud-africains, ses compatriotes, qui ont participé en novembre au Festival d’art urbaind’Antananarivo, présenté à la Teinturerie-Is’art Galerie à Ampasanimalo.

« Je travaille à multiplier les échanges entre les artistes d’Afrique et ceux des îles de l’océan Indien, ainsi qu’à instaurer des standards plus internationaux à Madagascar. » Pourquoi la Grande Île ?
« En 2010, je travaillais sur un yacht qui faisait Le Cap-Mayotte. En échange, on m’a offert le voyage vers Madagascar, et c’est là que j’ai rencontré Tahina Rakotoarivony de l’Is’art Galerie ».
Il revient l’année suivante en résidence à Imaitsoanala, et c’est là qu’il forme, avec Meghan Judge, Africa-Nosy Art Exchange (ANAE) afi de forger de nouveaux liens culturels entre le continent noir et les îles environnantes.
 

Sorti en 2003 de la Michaelis School of Fine Art du Cap, Conor Ralphs détient également une maîtrise en histoire de l’art, portant sur le modernisme africain. La peinture lui permet d’explorer ses ressentis sur le monde et de travailler plus intuitivement. « J’ai une relation amour haine avec la peinture, mais c’est nécessaire. » Il se reconnaît l’inflence d’artistes comme William Kentridge, Marlene Dumas ou Luc Tuymans : «J’apprécie leur danse chaotique avec les émotions, le temps qu’ils y consacrent, c’est courageux. »

 

SELF PORTRAIT COLOUR WHEEL
(acrylique et encre sur toile – 1,8 m x 1,8 m)
« J’ai travaillé sur le chaos qu’engendrent le choix des couleurs et les humeurs dominantes se traduisant par des couleurs sur la toile. Parfois rien n’en ressort et la tête est prête à exploser ».

SHIPS OF THE DESERT
(acrylique et encre sur toile – 1,8 m x 1,8 m)
« Un travail sur la migration d’un extrême à l’autre, deux destinations de voyage, le désert et la mer ainsi que la métaphore de l’eau. C’est basé sur mon expérience personnelle de la navigation à voile et de mes recherches sur l’immigration clandestine. C’était assez morbide, et cette œuvre exprime ma tentative de créer quelque chose de plus léger. »

SLEEP VISIT
(acrylique – encre sur toile – 2 m x 2 m)
«Le sommeil, l’attente, le rêve, des couvertures, la sécurité… mais aussi la procrastination, l’ennui et le manque d’énergie… »

 

Propos recueillis par #JoroAndrianasolo

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]