Circuit historique : Suivez le guide
8 janvier 2013 - AssociationsNo Comment   //   1256 Views   //   N°: 36

La ville de Fianarantsoa dispose maintenant d’un circuit historique. Inauguré le 9 novembre dernier, ce parcours est le fruit d’un partenariat entre un internat français et un internat malgache. Un beau projet qui met en valeur un patrimoine urbain méconnu.

Une dizaine d’élèves dévale la rue du Rova. Les yeux grands ouverts, ils s’interpellent et questionnent les passants. L’un d’entre eux s’immobilise brusquement et s’écrie triomphalement : « j’ai le 11 ! ». Les enfants se regroupent alors autour d’un panneau en palissandre sur lequel sont apposés le sceau de la ville de Fianarantsoa, les logos des partenaires et un titre présentant un nouveau thème. Soudain attentifs, les jeunes écoutent leur enseignant qui tient dans ses mains une brochure explicative.

Structuré par vingt panneaux implantés à des endroits remarquables, le circuit historique de Fianarantsoa suit la morphologie urbaine pour en raconter l’histoire, du sommet de la montagne au fond de la vallée. Les premiers panneaux, sur la montagne de Kianjasoa, rappellent le premier peuplement betsileo. Le circuit traverse ensuite la vieille ville précoloniale, se poursuit dans le quartier administratif et s’achève devant la gare, dans la partie basse et récente de la ville.

« C’est l’aboutissement d’un long travail de rapprochement de deux univers qui se croisent peu : les jeunes de brousse et ceux des lycées français » explique Nivo, responsable de l’internat du lycée français et coordonnatrice du projet. Les textes sont écrits conjointement par des élèves du lycée français et du Ceres (Centres de renforcement éducatif et scolaire), un programme qui soutient la scolarisation des enfants de brousse. « Nous avons voulu les mettre tous sur un pied d’égalité face à un projet complexe : créer un fascicule en malgache et en français, à partir de balises qui sont des étapes thématiques et chronologiques », continue Mme Nirina, professeur de malgache au Ceres.

Financé par l’AEFE (Agence pour l’enseignement français à l’étranger) et soutenu par la mairie et la fondation Heritsialonina, le projet a été lancé il y a plus d’un an. Après des échanges de pratiques entre les éducateurs des internats, des professeurs ont organisé la visite de la ville puis des ateliers d’écriture où des élèves des deux internats ont rédigé progressivement leurs textes, par réécritures successives. Les brochures sont maintenant distribuées par l’Office du tourisme (ORTF) dans les établissements hôteliers de la ville.

Un projet abouti, qui se veut dynamique et modulable : « Maintenant que les panneaux sont installés, on peut imaginer l’écriture de nouveaux textes sur chacun des thèmes. » Après les collégiens, Fianarantsoa attend ses historiens – et pourquoi pas ses poètes.

Bénédicte Berthon-Dumurgier

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]