Chic’coffee : Rapide et chic
6 mai 2016 - SortiesNo Comment   //   1560 Views   //   N°: 76

Pas de café au menu du Chic’coffee. Mais si le cœur vous en dit, leur spécialité c’est la restauration de rue. Les propriétaires l’ont bel et bien prouvé. La bouffe mobile n’a rien à envier aux grands restaurants.

Une nouvelle adresse pour les amateurs de spécialités locales vite fait bien fait. Situé au cœur du quartier d’affaires d’Antsahavola, en face de l’Accès banque, dans une route pavée assez discrète menant vers Antaninarenina, Chic’coffee est aujourd’hui la bouffe mobile de référence dans le coin. Derrière le comptoir, un peu en hauteur, Nathalie Rakotondrainy, la propriétaire, l’œil attentif et le sourire chaleureux, surveille le déroulement du service. 

« Au départ, nous avions à la fois un restaurant et un salon de thé à Ambatomitsangana, dont on a gardé le nom, Chico’coffee. Malheureusement, nous avons été obligés de partir car les propriétaires du bâtiment avaient besoin des lieux. » Mais cette mésaventure, elle a su la transformer, avec son associé et compagnon, en une nouvelle opportunité d’affaire. « La bouffe de rue nous a permis de sortir de notre zone de confort. Étant des adeptes de la restauration depuis toujours, c’est pour nous une occasion de mieux satisfaire nos clients en leur proposant des plats traditionnels comme faits à la maison, tels qu’ils les aiment. »

Tous ceux qui travaillent ou passent dans le coin ont au moins essayé une fois le Chic’coffee. Hommes d’affaires, banquiers, étudiants, touristes, etc. Leur clientèle n’en démord pas : « Je viens ici tous les jours étant donné que je fais un stage dans le coin. Quoi de mieux qu’un plat au bon rapport qualité prix. Je préfère ça que les hamburgers et compagnie, je dis non à la malbouffe », confie une des 120 fidèles quotidiens. « Nous nous sommes fixés à ce nombre pour préparer les plats au quotidien », affirme Nathalie Rakotondrainy. Au menu de tous les jours, porc, zébu, poisson et poulet, avec comme accompagnement les brèdes, les légumes et les légumineuses. Bien sûr, le tout servi avec un bol de riz. La fibre culinaire, Nathalie Rakotondrainy l’a dans le sang. Ses frères tiennent les restaurants Tournesol et Iarivo Hotel.

Dans la version bouffe de rue, bien sûr, chez Chic’coffee aucune réservation n’est nécessaire pour une escale gustative aux couleurs locales. Un plat rapide est à 2500 Ar, cuisiné dans les normes d’hygiène alimentaire. Un café ? Ah ben non, ça, y’a pas !

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]