Château La Croix Fourche Mallard 2007
1 mai 2014 - Vins du mois commentaires   //   1745 Views   //   N°: 52

L’avis de l’oenologue

Le vin  de ce mois de mai  est un Saint-Emilion, certes de petite garde mais fort sympathique. C’est un  cru libournais du Bordelais de la famille Mallard, propriétaire récoltant depuis six générations, qui, comme tout bon Saint-Emilion qui se respecte, se compose majoritairement de merlot, cépage réputé pour sa rondeur, sa souplesse. Son terroir d’alluvions sablonneux  s’exprime  à travers son profil organoleptique : attaque ronde, chair ample où s’entremêlent fruits noirs et rouges  soutenus par des tanins presque fondus. Délicieusement en harmonie avec des gibiers mijotés ou des viandes  en marinades. Côté « culture œnologique », sachez que les vignobles de  Saint-Emilion sont classés patrimoine de l’UNESCO depuis 1999 . Quant au millésime 2007 de Saint-Emilion, malgré un temps estival de pré-vendange médiocre  cette année-là, la structure et le corps de ce Château La Croix Fourche Mallard 2007  s’en sont bien sortis :  le mérite en  revient aux savoir-faire des Mallard et de leurs équipes, souvent récompensés par des médailles et des articles dans la presse spécialisés. Un petit cru en pleine apogée de sa courbe de vie !   

Rapport de dégustation

Robe : rubis intense

Nez : petits fruits rouges et noirs, notes florales

Bouche : fruitée, souple, tanins ronds

Accords Mets-Vins : Viandes rouges, volailles fermières, gibiers à poils et à plumes

Conclusion : Une bouteille sympathique, de petite garde, en apogée  dans deux à trois ans.

FRED DE LA VILLA ISORAKA

Élaboré sur les Côteaux dominant la haute vallée de la Dordogne, ce vin d’un rouge profond aux couleurs vives et au reflet grenat sur les lèvres du verre développe un nez riche et complexe de fruits rouges sauvages, mûres et fraise des bois.

Note fumée à l’attaque en bouche dû à son élevage en barrique bien mené par le maître de chais…

Je conseillerai ce vin à déguster facilement avec mon confit de canard col vert au romarin d’Antsiranana, cuit au four à bois, rappelant des notes de gibier très boisé…

#Isabelle Rakotozafy

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer