Biodiversité marine
1 mars 2013 - Nature commentaires   //   1367 Views   //   N°: 39

Palétuviers des mangroves, algues des récifs, poissons des côtes, voici un livre, signé Andrew Cooke et Jürg Brand, qui fait enfin le point sur l’extraordinaire biodiversité marine et côtière de Madagascar. Un univers tout autant menacé que son pendant terrestre, nous avertissent les auteurs.

Guide de la biodiversité marine de Madagascar, c’est ainsi qu’Andrew Cooke et Jürg Brand, les auteurs, ont choisi d’intituler ce livre sorti en mars sous la houlette de la Wildlife Conservation Society.

Réalisé avec l’appui financier de la Banque mondiale et de la Fondation John D. and Catherine T. MacArthur, il se veut être un guide complet, en anglais et en français, destiné aussi bien aux touristes, aux scientifiques, aux étudiants qu’aux habitants des côtes.

Sous ses 176 pages (format A5) bourrées d’illustrations, il synthétise vingt ans de recherches sur un sujet finalement très peu connu : l’extrême biodiversité côtière et marine de la Grande Île, comprenant les mangroves, les récifs coralliens, les lagunes, les plages sableuses, les plages de galets et les affleurements rocheux. 

« À ma connaissance, on n’a publié que quelques guides succincts sur les baleines et les dauphins et un livre illustré sur Nosy Be. C’est bien maigre comparé à la somme d’études dont bénéficie la biodiversité terrestre à Madagascar », fait valoir Andrew Cooke, biologiste spécialiste des fonds marins.

Chose d’autant plus étonnante que Madagascar figure parmi les 15 pays au monde abritant la plus grande surface de mangroves et de récifs coralliens. « Avec ses 5 000 km de côte, le pays renferme des espèces splendides, malheureusement de plus en plus menacées, et c’est aussi la raison de ce livre », avertit l’auteur. Un exemple parmi tant d’autres, les requins à queue noire qui étaient très abondants au large d’Ifaty il y a encore vingt ans : ils ne sont plus aujourd’hui que quelques individus, car impitoyablement chassés pour leurs ailerons.

« Si ça continue au rythme actuel, ils auront complètement disparu du paysage marin d’ici quelques années », souligne Andrew Cooke. En plus de la pêche, les principales menaces qui pèsent sur cette biodiversité marine sont la déforestation des mangroves, la pollution, l’érosion côtière, mais également le tourisme. Le guide apporte également des aperçus nouveaux sur les effets du changement climatique sur ces écosystèmes.

L’Homme est responsable de 99 % des menaces qui pèsent sur les espèces. Selon un rapport de l’UICN (Union mondiale pour la nature), le nombre d’espèces menacées est passé, dans le monde, de 24 en 1975 à plus de 16 000 en 2007, année au cours de laquelle 785 d’entre elles se sont éteintes. À méditer

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer