Bernard Wong
1 mars 2013 - Portfolio commentaires   //   1133 Views   //   N°: 39

« C’est parce que j’ai mauvaise mémoire que je photographie… » Boutade sans doute, mais l’homme est bien cet infatigable « archiviste du quotidien » qui saisit les choses à la volée, comme elles viennent et comme il les sent.Né à Maurice, aviculteur à Madagascar depuis sept ans, il redécouvre la photographie en 2009 à travers le travail de Pierrot Men. 

« J’avais commencé à en faire dans les années 90, mais on m’a volé mon matériel et j’ai dû arrêter. C’est le livre Enfances de Pierrot qui m’a redonné envie. Toute cette poésie du regard… » 

Une renaissance encouragée par Mamy Randrianasolo rencontré en 2010, « il m’a beaucoup influencé », reconnaît-il. Ni portraitiste, ni paysagiste, ni animalier… ou un peu des trois, Bernard Wong, aime s’en remettre à l’émotion du moment, sans objet préconçu. 

« Si je ressens, je prends la photo. C’est comme le jazz, je construis par improvisations successives… » Adepte du noir et blanc « pour aller à l’essentiel », il privilégie les focales fixes, bannit le flash et les retouches. 

Un puriste à contre-courant, à jamais acquis à l’argentique « parce que tout vient de lui ». Bernard long exposera à l’espace no comment® d’Antsahavola pendant tout le mois d’avril.

 

« Je faisais des photos sur la moisson du riz du côté d’Ambohimanarina quand, sur le chemin du retour, j’aperçois ce vieil homme sur le bas-côté de la route. Son visage comme sans âge m’a fasciné, j’ai bondi de la voiture pour en garder la trace.»

« C’est une photo destinée à mon prochain gros projet : un hommage à la terre, intitulé Chant of the Soil en référence à une composition du pianiste Keith Jarrett. On y verra des paysans moissonnant le riz, cuisant des briques, tout ce qui a trait à la terre. L’essentiel des activités humaines renvoie à la terre, moi-même je suis agronome… »

« Quand je conduis, j’ai toujours mon appareil sur les genoux, prêt à être utilisé. C’est ainsi que j’ai fait cette photo sur la route de Tanambe, près du lac Alaotra, avec cette lumière exceptionnelle et ce brouillard qui ajoute au mystère… »

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer