Au hit-parade des plantes
12 janvier 2015 - Nature commentaires   //   1745 Views   //   N°: 60

Qui aurait pu imaginer qu’un jour la renommée de notre patrimoine naturel susciterait l’admiration et parfois l’envie de toute la planète ? Du flamboyant à la petite pervenche qui soigne les cancers, petit florilège de ces plantes de chez nous qui ont conquis le monde.

À tout seigneur, tout honneur. Impossible d’ouvrir le catalogue de nos stars végétales internationales sans mentionner le ravinala (Ravenala madagascariensis), plus connu sous son nom d’ « arbre du voyageur ». À la fois endémique (comme son nom botanique l’indique) et emblématique de la Grande Île, il pousse sur le versant oriental de Madagascar, dans le Nord et dans l’île de Sainte-Marie (Nosy Boraha). Ni bananier ni palmier, il attire depuis toujours l’attention des voyageurs qui peuvent assouvir leur soif avec l’eau qui s’écoule des pétioles de ses feuilles, une fois ceux-ci coupés. Le ravinala croît rapidement là où la forêt originelle a été perturbée ou brûlée. C’est cette facilité d’adaptation qui fait qu’on le voit dorénavant dans les jardins, allées et avenues de Mayotte, de La Réunion, de la Guyane, de la Guadeloupe, de la Martinique, et dans diverses régions tropicales comme la Thaïlande ou le Cameroun. L’espèce a retrouvé un semblant de climat malgache dans l’île Maurice et s’y est adaptée de façon si spectaculaire qu’elle est devenue une plante envahissante. D’autres espèces floristiques sont également « exportées » comme le palmier trièdre ou palmier triangle (Dypsis decaryi). Du haut de ses cinq mètres, il est caractérisé par sa silhouette très particulière : ses palmes poussent sur trois files en formant un tronc triangulaire. Si on le rencontre depuis les années quatre-vingt dans les jardins du sud-ouest de la France, il est vulnérable dans sa région d’origine, le parc d’Andohaela à Taolagnaro (Fort-Dauphin). Peu de gens savent que le flamboyant (Delonix regia) est endémique de Madagascar. Ses fleurs d’un rouge éclatant peuvent atteindre 30 mètres de hauteur. Elles semblent danser au rythme langoureux de l’alizé et suivre paresseusement le mouvement des vagues dans les régions de Sava, Diana et Melaky. Des régions intertropicales ornent leurs espaces verts et leurs voies publiques avec « notre » flamboyant national.

La dernière, mais non la moindre, la pervenche de Madagascar (Catharanthus roseus), qui est à la fois une plante ornementale et médicinale. D’une importance capitale dans la lutte contre le cancer et particulièrement la leucémie, cette plante est la première au monde à présenter des principes actifs pour guérir ces maladies. Largement cultivée et naturalisée dans les régions tropicales et subtropicales, la pervenche de Madagascar sert aussi de décoration dans les jardins en Europe.

Ce ne sont que quelques exemples, car la liste des plantes endémiques de Madagascar naturalisées à l’extérieur est longue. Missouri Botanical Garden s’efforce de partager ces connaissances pour réveiller l’amour que nous devons éprouver pour notre patrimoine naturel. Si nos ancêtres et nos aînés avaient su être jaloux de nos richesses naturelles, ou s’ils avaient eu le pouvoir de les garder au pays, Madagascar serait une destination majeure pour les férus de nature. Mais avec des si, le jardin d’Éden serait dans le parc d’à-côté.

Hans Rajaonera
Missouri Botanical Garden

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer