Assiata : Une brochette de bonheur
6 octobre 2015 - SortiesNo Comment   //   1575 Views   //   N°: 69

Assiata Aboudou a fait sienne la morale de la fable : « travaillez, prenez de la peine, c’est le fonds qui manque le moins ». Depuis 23 ans elle vend ses brochettes, rue La Fayette, à Diego Suarez, et sa réputation a franchi les limites de la « capitale du Nord ».

« Tous les soirs, je m’installe à partir de 18 heures et je suis là jusqu’à minuit. Sept jours sur sept, sans relâche, parce que les clients c’est sacré et que ce sont eux qui me font vivre. » Couchée tard et levée tôt pour faire le marché et acheter tous les ingrédients nécessaires à ses préparations: brochettes, nems, sambos… Ainsi se rythme la vie d’une femme valeureuse qui, depuis plus de 10 ans, élève seule ses deux enfants.

Outre l’éducation de sa progéniture, Assiata Aboudou a assuré ses vieux jours en construisant « sou par sou avec l’unique vente des brochettes » sa maison au coeur de Diego Suarez où elle a toujours vécu. 

Les clients se pressent nombreux, tous les soirs, tant les brochettes « Assiata » sont réputées et que, sur ce petit et banal bout de trottoir règne une ambiance conviviale. Une table, deux bancs, une ampoule et l’accueil d’Assiata Aboudou fait le reste.

Nul besoin, à ce modeste et admirable acteur économique, de posséder un rutilant 4×4 flambant neuf pour inspirer la sympathie et le respect… « Les gens me témoignent, sans arrêt, leur plaisir d’être ici : c’est ça aussi qui me motive. » N’ayons crainte de parodier Aragon : « La femme est l’avenir de Madagascar. »

Texte et photo #RichardBohan

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]