Arnaud Fouillette : Un vrai papa croco
7 août 2014 - Nature commentaires   //   2899 Views   //   N°: 55

Allier écologie et business. Tel est l’esprit de l’étude expérimentale initiée par Arnaud Fouillette, directeur exécutif de Croc Farm à Ivato. Un élevage « écologique et éthologique » en vue d’obtenir de meilleurs peaux, sans répercussions sur l’environnement naturel. 

Alors que la levée du moratoire interdisant l’exploitation des crocodiles, lancé en 2009 par la Cites (Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction), se fait toujours attendre, la ferme Croc Farm à Ivato a décidé de se lancer dans une étude expérimentale d’élevage écologique de ces reptiles. « Le but est de d’améliorer l’élevage en captivité des crocodiles destinés à l’exportation afin d’arrêter leurs prélèvements dans la nature », explique Arnaud Fouillette, directeur exécutif de la ferme. On sait que le braconnage à grande échelle et certains manquements au niveau administratif sont à l’origine de ce moratoire qui pénalise gravement la filière, puisque l’exportation des peaux et de la viande de crocodiles est interdite jusqu’à nouvel ordre. 

Arnaud Fouillette tente donc une expérience unique en son genre à Madagascar. Elle consiste à élever les crocodiles dans des conditions semblables à celles de leur milieu naturel, afin qu’ils sentent le moins possible le poids de la captivité. D’habitude, dans les fermes à crocodiles, on met les bébés dans des salles chauffées par des ampoules électriques. « Ce n’est pas écologique car les groupes électrogènes fournissant l’électricité dégagent du CO2 », fait remarquer le responsable. Elevés selon ses méthodes, les reptiles sont littéralement choyés dans des bassins spéciaux éclairés et chauffés à la lumière naturelle du soleil. 

« Le crocodiles du Nil (Crocodylus niloticus) seule espèce existante à Madagascar, est très sensible au changement de température. C’est pour cela que j’ai couvert les bassins avec des bâches translucides; de cette façon la lumière entre mais la chaleur reste à l’intérieur. » Dans les bassins, un milieu marécageux est recréé grâce à des algues flottantes et à d’autres plantes aquatiques régénérant l’oxygène dans l’eau, avec également des carpes et des écrevisses pour consommer les déchets laissés par les reptiles. « L’objectif final est d’obtenir des peaux de meilleure qualité. C’est la raison d’être de Croc Farm et nous comptons en produire 10 000 par an à partir de 2017 », explique Arnaud Fouillette. Le crocodile d’élevage est exploitable à partir de deux ans et demi, sans le moindre effet pervers sur l’environnement naturel et le développement des crocodiles sauvages. Les activités d’exportation du crocodile représenteraient environ 540 000 euros de chiffres d’affaires annuel.

Solofo Ranaivo

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer