Andriann : La nana du ragga
1 septembre 2017 - CulturesNo Comment   //   1970 Views   //   N°: 92

Pari gagné pour Andriann, l’étoile montante du ragga dancehall « vita gasy » ! Avec son premier album « Ny Hirako » (Ma chanson) sortie le 10 août dernier, la protégée du chanteur Kougar compte bien imposer le « girl power » dans l’univers très macho de la musique urbaine. Vous voilà prévenus, les gars !

Elle marche sur les traces de Lady Saw, Sister Charmaine, J-Capri ou Cécile Flava. Ces icônes sans testostérone – entendez femmes – du ragga dancehall. À seulement 20 ans, Andrianina Herinjatovo Tahirisoa alias Andriann a fait sien ce style musical né à Kingston, Jamaïque, dans les années 70, avec son cocktail toujours « pulsant » de reggae, R’n’B, ska, rocksteady et rub-a-rub. Voir Yellowman ou Eek-a-Mouse, les grands initiateurs du genre. Pour autant, ce petit bout de femme, n’a pas attendu de se faire inviter par les gros costauds bling-bling de la street music. Elle y est allée au culot, et devinez quoi ? Ça a marché !

« À Mada, l’univers de la musique urbaine est monopolisé par les mecs. Très peu de filles font du rap ou du R’n’B, et très peu, voir aucune, du ragga dancehall. » Et pour cause, ce style est assez mal vu au pays du kawitry ! « Les filles qui en font ont une réputation sulfureuse qui leur colle à la peau. Mais c’est une musique m’a toujours plu et je ne soucie pas du qu’en dira-t-on ». Bref, l’avis de ses détracteurs, surtout quand ils sont mal avisés, elle danse dessus !

Après avoir rencontré Kougar, avec qui elle co-écrit ses morceaux, Andriann a décidé de sortir son premier titre Ny Hirako en 2016. Dès sa sortie, le single a fait le buzz sur les réseaux sociaux, marquant ainsi le début de sa carrière musicale. Depuis, elle enchaîne les clips et les tournées. Comme quoi, être une fille et s’imposer dans un milieu de gros durs, c’est possible ! « Je dirais même que c’est parce que je suis une nana que ça marche aussi bien. Les gens veulent sortir du ron-ron et comme femme j’apporte cette touche différente. »

Influencée par les chanteuses Shay et Spice, elle revendique néanmoins son originalité. « J’aime ce qu’elles font mais pas au point de verser dans la copie conforme. J’ai ma propre marque de fabrique. Mon style musical, mon look et mes textes sont uniques. » Avec des morceaux comme Reggae Music, Ampio Ihany (Encore) ou She’s flirtant avec le dancehall, le reggae, l’électro et le zouk, Andriann nous transporte sur les plages ensoleillées de la Jamaïque et offre à nos oreilles des instants de pure bonheur ! Et pour notre plus grand plaisir, elle concocte actuellement la sortie de son prochain clip Who. L’été sera chaud bouillant !

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]