Akama: Trois milliards pour les enfants
1 mars 2013 - AssociationsNo Comment   //   2515 Views   //   N°: 39

Après avoir rénové trois pavillons à l’Hôpital des enfants de Tsaralalàna entre 2008 et 2009, l’association Akama continue ses projets de réhabilitation. En ce moment, elle travaille à la rénovation du pavillon IV un chantier estimé à 3 milliards d’ariary.

Pour Akama (Association Karana Malagasy), la santé est un droit fondamental pour chaque enfant. Créée en 2001, rebaptisée Association des amis de Madagascar en 2012, elle oeuvre à la fois dans l’humanitaire et le social afin d’apporter des réponses concrètes à l’insuffisance des structures de santé dans le pays.

En 2008 et 2009, grâce à des levées de fonds, elle a pu effectuer de grands travaux de rénovation aux pavillons I, II et III de l’Hôpital des enfants de Tsaralalàna, ce qui a permis d’ajouter 21 lits à cette structure qui accueille les malades jusqu’à 14 ans.

« Cet hôpital construit en 1928 compte 80 lits, mais ce n’est pas assez quand on sait que près de 400 patients viennent consulter chaque jour. Il a à traiter une population d’un million de personnes en centre-ville, sans compter la périphérie et les provinces », explique Caroline Leong, architecte du projet.

Avec le projet de rénovation du pavillon IV, correspondant à l’ancien bâtiment administratif, l’association espère rajouter 120 lits. « Au départ, notre but était de rénover le rez-de-chaussée comme nous l’avions fait pour les autres pavillons. Mais après études, nous avons décidé de construire un bâtiment de deux étages qui pourra accueillir des bureaux, deux blocs opératoires, quatre laboratoires, une salle de cours et de réunion, la pharmacie et l’appartement du professeur. »

Cette nouvelle construction permettra de sectoriser les malades, donc de rendre les soins plus efficaces. « L’Hôpital des enfants n’est pas un établissement pour les pauvres, comme on le croit souvent. C’est un établissement hospitalier pour tous les enfants, quelles que soient leur catégorie sociale et leur nationalité. Cette rénovation est donc dans l’intérêt de tous », souligne Caroline Leong.

Le chantier ne pourra commencer sans l’obtention des fonds nécessaires, sachant que la réhabilitation est estimée à 3 milliards d’ariary, rien que pour la structure et les équipements.

« Nous avons besoin d’aides, pas uniquement financières. Chacun peut donner de sa personne, selon ses moyens. Par exemple dans l’élaboration de dossiers de sponsoring, d’affiches, de matériels… » L’appel est lancé.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]