Zout : « Je n’ai jamais pensé que Mada m’appellerai »
7 décembre 2015 - Hexagone commentaires   //   1463 Views   //   N°: 71

D’origine malgache, Zotsara Randriambololona est né et a grandi en France. Un pays où il a découvert le football. Aujourd’hui, à 21 ans, il porte fièrement le maillot de l’équipe nationale de Madagascar. 

Malgache par ses parents, c’est pourtant dans le nord de la France que Zotsara Randriambololona a vécu son enfance. Malgré l’éloignement, il reste fort attaché à ses racines. « J’ai grandi en France, mais je n’ai pas été élevé comme un enfant français », considère-t-il. Pourtant, s’il y a une culture dans laquelle il baigne depuis tout petit, c’est bien le football. Père, grands frères, aucun homme de la famille n’échappe à la passion du ballon rond. À huit ans seulement, il intègre le centre de formation de Sedan. Ses qualités naturelles et ses performances feront de lui, à 19 ans, le capitaine de son équipe en Espoirs.

En 2013, « Zout » comme le surnomme ses coéquipiers de peur de mal prononcer son nom, foule même la pelouse du mythique Stade de France pour la finale de la coupe nationale (perdue 1-0). Un match où il est repéré par les membres de la Fédération malgache du football. Le jeune homme ne s’y attendait pas. D’autant que le foot n’a jamais été pour lui qu’un simple loisir. C’est en soufflant ses treize bougies que l’éventualité de faire du football son métier commence à s’imposer. « Si ça n’avait pas marché, je me serais bien vu faire des études en Droit », note-il un rien désinvolte.

Passé quelques temps par Auxerre, après avoir quitté Sedan, Zout est invité à un regroupement de la sélection malgache pour la première fois en 2014. Cette même année, il intègre le club de Virton, en Belgique, et signe pour deux ans. Evoluant en deuxième division, il est à nouveau appelé dans le groupe malgache en mars 2015. Il y connaît sa première sélection. « Je n’ai jamais pensé que Mada m’appellerait un jour » confie-t-il, encore surpris. Sa carrière professionnelle est lancée.

De retour à Madagascar pour jouer contre la RDC, il espère aujourd’hui connaître la première division et intégrer un club encore plus prestigieux. Surtout, il souhaite apprendre le malgache pour mieux honorer son pays d’origine. Un pays qu’il espère faire grandir sur la scène internationale du ballon rond. « Je pense que si la Fédération malgache de football continue de sélectionner des joueurs expatriés, on aura encore plus de chances d’évoluer. » L’avenir nous le dira.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer