Zippo : Feu à volonté !
7 juillet 2012 - Vintage commentaires   //   629 Views   //   N°: 30

Depuis 1932, Zippo a produit plus de 400 millions de ses mythiques briquets « tempête », capables d’ouvrir le feu dans les conditions climatiques les plus extrêmes. Sous leur coque de métal, ce sont de véritables pièces de collection. 

Selon la légende, Georges G. Blaisdell, de Pennsylvanie, aurait demandé à un ami : « Vous qui êtes si chic, pourquoi n’avez-vous pas un briquet qui ait plus d’allure ? » Piqué, l’ami lui répondit : « Mais il marche ! » Blaisdell, qui cherche l’idée qui le rendra riche, mesure la portée de cette réponse et se lance sur la piste du briquet à la fois fiable, fonctionnel et beau à regarder. Dès 1931, il achète les droits d’un briquet tempête autrichien avec capuchon retirable, mais c’est un échec commercial. Fin 1932, il crée un autre briquet à essence avec cette fois l’idée de relier le capuchon à la partie inférieure par une charnière soudée. Il lui trouve le nom de Zippo, inspiré de zipper, la fermeture Éclair. 

Pour favoriser le lancement, Georges propose un argument décisif, la garantie inconditionnelle à vie… toujours en vigueur !

Les GI ayant adopté le Zippo, les anecdotes « héroïques » ou amusantes nourrissant sa légende ne manquent pas : un Zippo aurait ainsi sauvé son propriétaire en arrêtant une balle. En 1984, c’est un billet de 500 francs que Serge Gainsbourg entreprend de brûler en direct à la télé avec son Zippo. Increvable le Zippo ? Un briquet aurait été retrouvé dans le ventre d’un poisson. À la grande surprise du pêcheur, il fonctionnait toujours…
 

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer