Yoann Coppin : Vert vetiver
5 juin 2015 - Nature commentaires   //   2154 Views   //   N°: 65

« De l’espace, on peut observer la muraille de Chine et les fleuves rouges de Madagascar en temps de pluie » affirme Yoann Coppin, fondateur de la Plantation Bemasoandro. Les fleuves rouges, au-delà de cette observation poétique, démontrent que l’érosion des sols est bel et bien le problème majeur … 

Madagascar est le pays le plus érodé du monde avec 400 tonnes de terres perdues par hectare et par année. « À cause de pratiques comme le tavy, le cycle du sol est cassé, il ne joue plus son rôle d’éponge. Au lieu d’absorber l’eau, cette dernière ruisselle. On fait alors face à l’érosion des sols », explique Yoann Coppin. En 2001, il a l’idée de planter des vétivers à Manompana, sur la côte Est, pour précisément contrer ce fléau. Quatorze ans plus tard, la Plantation Bemasoandro compte120 collaborateurs. L’un de ses sites les plus stratégiques se trouve à Anjiro, en bas de la Mandraka, avec ses 10 hectares de plantation et où toutes les conditions climatiques sont réunies pour faire de ce lieu un laboratoire vert. Seulement, il ne s’agit plus de planter uniquement des vétivers, l’entreprise veut aujourd’hui se diversifier.

Les solutions proposées sont dorénavant davantage orientées vers le secteur privé. Yoann Coppin doit en effet faire face à une population qui a encore bien du mal à abandonner les pratiques ancestrales. Il préfère donc s’associer avec des sociétés d’envergure telles que QMM-Rio Tinto à Fort-Dauphin où 35 pépinières régionales ont été créées dans le cadre d’un grand projet de développement local. Si à la base, il s’agissait surtout d’aider les paysans à protéger leurs sols contre l’érosion, sans l’aide des autorités et des responsables politiques, la Plantation Bemasoandro en vient aujourd’hui à faire appel à l’initiative privée, en produisant notamment des huiles essentielles ou des produits artisanaux.

Si comme l’affirment les astronautes, « la Grande Ile se vide de son sang » – photos satellites de Betsiboka et du Mangoky à l’appui -, la solution proposée par Yoann Coppin va dans le sens de l’agriculture durable. Le vétiver avec ses grandes racines se fixe dans le sol permettant à ce dernier une certaine stabilité qui empêche notamment les éboulements de terrain. La Plantation Bemasoandro fait partie du réseau The Vetiver Network International, dont Yoann Coppin est le conseiller technique. Sa pépinière est abondamment fournie en diverses plantes et arbrisseaux qui, à une plus grande échelle, sont proposés comme une solution environnementale durable englobant le reboisement, la reforestation et même le paysagisme. 

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer