Vola / Argent / Money
24 octobre 2017 - Abidi commentaires   //   242 Views   //   N°: 93

Voambolana
(Vocabulaire / Vocabulary)

Sôsy : Du français « sauce », parce qu’on peut préparer de bonnes sauces quand on a de l’argent. Mais c’est aussi le diminutif de « pesos »(monnaies mexicaines). Cet argot a été en vogue dans les années 1990, suite à la diffusion à la chaîne nationale de la célèbre télénovela mexicaine Marimar. / From the french word sauce (sauce) because you can prepare good sauces when you have money. But it is also the diminutive of « pesos » (Mexican currencies). This slang was in vogue in the 90s, when national television broadcasted the famous Mexican telenovela Marimar.

Drala : C’est un vocable typique du Grand Sud de Madagascar, mais utilisé aussi dans les hauts plateaux pour sous-entendre une très petite somme d’argent. / It is a typical term of the great south of Madagascar. But it was also used in the highlands to imply a very small amount of money.

Parotsa : c’est le verlan de « ro-patsa », l’enveloppe qu’on donne traditionnellement aux nouveau-nés. Les jeunes des années 1990 jusqu’à maintenant utilise « parotsa » pour signifier des pièces de monnaies pour survivre, pour manger du riz sans met. / It is the verlan of ro-patsa, the envelope traditionally given to newborns. The young people of the 90s until now use parotsa to say coins to survive, to eat rice without met.

Expressions

1. Ny vola toy ny vahiny, tonga anio dia lasa rahampitso : l’argent est comme les invités, ils arrivent aujourd’hui et repartent demain / The money is like the guests, they arrive today and leave tomorrow

On utilise cette expression quand on n’a plus un sou, quelques jours après avoir touché son salaire. C’est pour dire que l’argent ne reste jamais longtemps dans les porte-monnaie. Les tas de facture à payer et les nombreuses choses pour lesquelles on doit débourser font que l’argent ne fait que passer. C’est comme quand on a des invités, ils ne restent pas – normalement – très longtemps. Ils arrivent et repartent au plus tard le lendemain.

2. Ny vola toy ny volon’orona: be alaina, maharary, kely alaina, maharary : l’argent c’est comme les poils du nez; ça fait toujours mal qu’on t’en enlève beaucoup ou peu. / Money is like the hair of the nose; it always hurts that you remove a lot or little

Qu’il s’agisse de 100 ariary ou d’un million d’ariary, l’argent reste toujours de l’argent. Les gens n’aiment pas qu’on leur soustraie leur argent, surtout quand il a été bien gagné. Tout comme les poils du nez. Essayez d’en enlever un, puis plusieurs d’un coup ;vous sentirez la même douleur et vous aurez toujours des grosses larmes aux yeux.

3. Mihena antoerana toa fen’antitra, lany ampitoerana toa volan’adala : ça diminue sans qu’on l’use, comme les cuisses des vieux, ça disparaît sans qu’on l’utilise comme l’argent des fous. / It diminishes without being used, such as the thighs of the old people, it disappears without being used as the money of the mad

Les cuisses des vieilles personnes s’atrophient d’elles-mêmes du fait du manque d’activité. L’argent des fous, comme l’enfant prodige, est dépensé dans des choses futiles.

4. Ny alika jamban’ny taolana fa ny olona jamban’ny vola : les os rendent aveugles les chiens, l’argent rend aveugle les humains / Bones make blind dogs, money blinds human

Pour avoir son os, les chiens sont capable de tout, sauter, jouer avec son maître, creuser la terre, etc. Les humains ne sont pas très différents. Nous pouvons faire les pires folies, transgresser les interdits voire vendre son âme pour l’argent. Comme si aveuglé par l’argent, on ne sait plus quel chemin suivre.

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer