Tsangan’olo : « Debout les gars ! »
9 avril 2018 - Cultures commentaires   //   180 Views   //   N°: 99

Originaire de Nosy-Be, Tsangan’olo puise ses influences dans les traditions malgaches et prépare son premier album. Philippe Eidel, compositeur, réalisateur et fondateur du label Nosylab dont fait partie le groupe, nous en dit plus.

Que signifie Tsangan’olo ?
À la base, cela signifie « effigie de l’homme ». Traditionnellement, les malgaches sakalavas ont pour coutume d’acheter des pièces d’argent gravées sur d’anciennes monnaies françaises, que l’on donne en offrande aux ancêtres pour porter bonheur. Elles sont à « l’effigie de l’homme », mais on peut encore y lire les mots « liberté, égalité, fraternité » de la pièce originale. Cette tradition, d’inspiration animiste, signifie par extension « Homme debout » qui a donné son nom à l’album. Ce titre exprime parfaitement l’état d’esprit des membres du groupe et de leurs textes.

Un album reflétant la vie sociale malgache…
Ils livrent un poignant portrait de la société rurale à travers un mélange rythmique et lyrique puisant sa force dans la spiritualité animiste, dans le folklore et dans la vie quotidienne d’une génération en équilibre entre Facebook et la Tradition. Ils chantent la pauvreté et la peur du lendemain, car ils ne sont pas dupes des difficultés de la vie au quotidien. Mais c’est sans complexe qu’ils se confrontent au monde d’aujourd’hui. Ils ne cachent les soucis de la vie quotidienne malgache sous un masque de fête et de joie de vivre un peu forcée. Je pense que c’est la relève de la musique malgache, jamais loin de ses traditions mais dans une énergie très moderne. La sortie de l’album est prévue cette année et regroupe neuf titres : Mama Africa, Mandruva, Zavavirano, Zaza Mitomany, Tsaramarigny, Tanamadio, Maloya, Dada et Fiainana.

Une rencontre née du hasard ?
Ces jeunes ont grandi ensemble dans le même quartier et se sont rencontrés lors d’un événement du village où ils se sont retrouvés à chanter ensemble par le plus grand des hasards. C’a été immédiatement la bonne entente entre eux. Ils se sont découverts une même vision du pays, de leurs conditions de vie. Et c’est ensemble qu’ils ont décidé de raconter leurs histoires à travers la musique, il y a de cela six ans. Actuellement, le groupe est composé de Loba, le leader, qui est au djembé, Obrien au chant et à la flûte, Regise à la guitare acoustique, Florent à la guitare solo et Tongalaza au marakasy.

Les projets ?
En ce moment, ils écument les festivals, les concerts et les cabarets. Ils méritent amplement de découvrir les scènes européennes qui ne pourront manquer de les accueillir. À travers Nosylab, je veux non seulement découvrir les nouveaux artistes de la culture malgache, mais aider à revendiquer cette identité. Mon ambition est de faire rayonner Madagascar dans l’océan Indien car je sens que le moment est venu.

Propos recueillis par #AinaZoRaberanto

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer