Toni Haddad : « Être immergé dans le moment présent »
19 octobre 2017 - Portfolio commentaires   //   1148 Views   //   N°: 93

Tana-Majunga

Toni Haddad

Le mois de septembre dernier, le photographe libanais Toni Haddad a réalisé un projet photo expérimental à l’Is’art Galerie à Ampasanimalo intitulé « SarySahy. » Il a proposé un ensemble de photojournalisme et d’art photographique qui compte 14 histoires en 13 collages. Cette sélection représente la légèreté d’être « Gasy » tout en respectant les conditions de vie et les incertitudes. « Pour SarySahy, j’ai utilisé le concept du double collages horizontaux. Un collage ou un photomontage est un art visuel que j’ai trouvé pour rationaliser le message et amener le visiteur à interroger son raisonnement et le mien, pour créer un espace, une conversation, une discussion ou peut-être un questionnement avant de passer à l’œuvre suivante. »

Toni Haddad a commencé la photographie à l’âge de 23 ans en réalisant des photos de voyage et de paysages. Après avoir exploré l’Afrique, il débarque à Madagascar où il séjourne dans différentes villes (Mananjary, Tuléar, Majunga, Antananarivo) et aussi dans la brousse.

Ankililoaka – Andavadoaka

Majunnga – Andavadoaka

Pour lui, la photographie ne se résume pas à faire de belles photos mais consiste plutôt à être immergé dans le moment présent avec la capacité de le dépeindre avec un minimum de défauts. « Quand je suis sur le terrain, je suis dans l’euphorie de travailler avec mon appareil, expérimenter avec la lumière et les gens. Plus tard, à la maison devant l’écran d’ordinateur, je peux voir plus objectivement. Une fois que les photos s’alignent, cela me donne le recul nécessaire pour regarder les visages, réaliser mes erreurs et développer mes observations. Mes photos diffusent surtout une lumière neutre sur des sujets sociaux ou environnementaux permettant au spectateur

de disposer d’un espace suffisant pour faire des analyses et des interprétations personnelles. »

Ses projets ? « Mon plan préféré est de ne pas avoir de plan. Mais ma soif d’explorer Madagascar est encore intacte et je serai à nouveau de retour sur la route. Cette année, l’objectif principal est de continuer à stimuler des projets collaboratifs tels que Zanaky ny Lalana et Dago Festival afin de créer des plateformes de communication pour les jeunes. »

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer