Tong : La pompe qui marche toujours
3 juillet 2015 - Vintage commentaires   //   2026 Views   //   N°: 66

En plastique, à fleurs, paillettes ou perles, la tong est la reine de l’été. On sait moins que cette vieille demoiselle a cinq mille ans et n’est pas du tout originaire d’Asie… 

En Egypte, elle est la chipchip, au Tchad la papa, au Québec la gougoune, et au Brésil la Havaianas du nom de la marque mythique qui en fabrique cinq paires à la seconde ! Elle est aussi élémentaire – une simple semelle et une bride en Y qui part entre le gros orteil et son voisin – qu’historique, la première chaussure de l’histoire. Contre toute attente, son origine n’est pas asiatique, mais égyptienne, il y a de cela quelque 5 000 ans.

Elle aurait été inventée pour ne pas se brûler la plante des pieds sur le sable du désert. Une simple semelle de papyrus tressée était alors retenue par des lanières de cuir. La fabrication des tongs s’est ensuite étendue aux Indiens et aux Perses qui la sculptent dans le bois et lui adjoignent un entre-doigts. 

Le mot « tong » n’est guère égyptien. En fait ce sont les GI américains qui l’ont baptisé ainsi lors de la guerre du Vietnam, de thong signifiant lanière en anglais. Car les pays d’Asie, à commencer par le Japon, ont eux aussi adopté depuis longtemps ces petites sandales dont on se sert pour marcher dans les rizières.

Comme chaussure phare de l’été, la tong est arrivée par la plage de Copacabana au Brésil en 1920. Le succès se répand comme une traînée de poudre dans le monde entier ! Les années 50 inventent la tong en plastique et les années 70 celle en cuir, accessoire indispensable du hippie en pleine invention de la « coolitude ».

Retrouvez la Chronique Vintage sur la RLI FM 106 by no comment® du lundi au vendredi à 6 h 20 et 7 h 20. 

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer