Tojo : « Tangala » suite…
9 avril 2018 - Que sont-ils devenus ? commentaires   //   251 Views   //   N°: 99

Dans no comment® n°78 (juillet 2016), nous découvrions Tojo, l’un des meilleurs bédéistes malgaches de sa génération, Tojo, qui sortait alors le premier tome de sa BD « Tangala ». Il nous revient avec le deuxième tome intitulé « Valin’Ady Malgache », sorti en novembre dernier.

En novembre 2015, Rabemanantsoa Tojo Alain, dit Tojo, sortait le premier tome de Tangala aux éditions Des Bulles Dans l’Océan, en collaboration avec le scénariste Motus. Dans ce premier volet intitulé « Artisto Gasy », l’histoire se déroulait dans le Madagascar des années 40, encore colonisé par la France. Le bédéiste y retraçait le parcours de Tangala, un jeune commerçant malgache issu d’une famille aisée qui se lie d’amitié avec les colons à qui il veut ressembler, oubliant peu à peu les siens. Mais un jour, tout bascule et Tangala tourne le dos aux Français, se rendant compte que ni la France, qu’il a tant chérie, ni son pays natal ne veulent plus de lui.

Grâce à cette histoire, la BD de Tojo a réussi à se hisser parmi les meilleures ventes de sa maison d’édition. Fort du succès rencontré par ce premier Tome, il a sillonné durant ces deux dernières années les Festivals internationaux de BD avec son œuvre sous le bras et a pu asseoir sa notoriété dans l’univers du neuvième art. Ainsi au Festival Cyclone BD de la Réunion en 2015 et la même année à la Foire des Livres de la Réunion, puis en 2016 au prestigieux Festival international de la bande dessinée d’Angoulême. « Ma participation à ces rencontres m’a permis de m’ouvrir sur le plan international et d’avoir la reconnaissance de mes pères étant donné qu’avant Tangala, les gens n’avaient pas vraiment de considération pour ce que je faisais. Cette BD a permis de valoriser mon travail. »

Conscient de l’engouement suscité par sa BD, Tojo ne s’est pas reposé sur ses lauriers et s’est immédiatement attelé à l’écriture du Tome 2 intitulé « Valin’ady malgache », qu’il a sorti en novembre dernier et a eu l’occasion de présenter en février à l’édition 2018 du Festival d’Angoulême. Dans ce deuxième tome, Tangala, accusé à tort d’un crime qu’il n’a pas commis, se rebelle et décide de prendre sa revanche sur les colons qui ont détruit sa vie en tuant ses parents et en kidnappant sa sœur. Comme dans le premier tome, le but de Tojo reste le même : éveiller le patriotisme des Malgaches.

« C’est triste mais je me suis rendue compte que certains Malgaches, lorsqu’ils sont proches des étrangers, tendent à renier leurs racines. L’idée de Tangala est venue de ce constat. C’est seulement lorsqu’ils sont rejetés par les étrangers qu’ils retournent vers leur pays. Dans ce deuxième volet, mon but est toujours de faire renaître une forme d’amour du pays. Il en sera de même pour le troisième tome. » Ce troisième et dernier tome de Tangala sortira dans le courant de cette année.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer