Tojo Andrianarivo : Y’a pas photo !
30 avril 2018 - Diaspora Hexagone commentaires   //   1042 Views   //   N°: 99

Tojo Andrianarivo, 34 ans, est passionné de photographie musicale. Ce qu’il aime c’est prendre des photos d’artistes en concert, muni de son « pass ». Dans ses cartons, des clichés de Solange, la soeur de Beyoncé, Tyler the Creator, Janet Jackson ou encore The Weeknd.

Tojo n’a que douze mois lorsqu’il quitte Madagascar pour suivre ses parents qui ont obtenu une bourse pour étudier aux États Unis. Une fois leurs diplômes en poche, ils déménagent au Kenya pour cinq ans puis reviennent s’installer aux États-Unis. D’où des noms aussi exotiques que la Sacramento State University ou la University of Washington (option « graphic design ») dans son parcours scolaire.

Mais c’est au lycée que Tojo découvre la photographie et s’y intéresse. Le développement des photos dans la chambre noire est un rituel qu’il aime bien. Plus tard, muni d’un argentique avec un objectif de 35 mm, il commence à se faire la main, séduit par la « perspective différente qu’apporte la photo sur les choses, comme des moments de vie cristallisés ». L’idée de faire de la photo grandissant en lui, il commence par contacter des modèles sur Instagram pour s’entraîner à prendre des photos. Fan de musique, il est un jour impressionné par le travail d’un photographe sur scène

pendant un concert et se dit que c’est ce qu’il aimerait vraiment faire. « Je ne m’y suis vraiment mis qu’à partir de 2015.​ Travailler un spectacle en direct c’est en soi toute une technique, surtout au niveau des éclairages. »

Eugenio Recueno est sans doute l’un des photographes dont il apprécie le plus le travail. Et dans la photographie musicale Greg Noire. Tojo obtient généralement des « press passes » et c’est avec son Canon 5D mark II qu’il prend généralement ses clichés de stars. Il est actuellement en train de collecter des fonds pour un projet concernant la vie des Malgaches aux États-Unis. Même s’il ne retourne pas souvent à Madagascar, l’envie d’y aller reste forte. Ne serait-ce que pour suivre nos stars locales sur scène ?

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer