T’as marché dedans ? : C’est bon pour le moral !
11 septembre 2017 - LifeStyle commentaires   //   191 Views   //   N°: 92

Felana Rajaonarivelo : « Lucide dans ma tête »

Le mythe du bouton de manchette porte-bonheur, du vendredi 13 qui porte la poisse ou encore des couples qui ne doivent pas traîner près d’un lac sous peine de séparation, Felana Rajaonarivelo n’y croit pas. « Je ne suis pas superstitieuse. Je suis croyante, ce n’est pas la même chose ! »

Le ton est donné pour cette photographe de 28 ans, venue d’Antsirabe pour construire sa carrière dans la capitale. « La rationalité m’a beaucoup aidée dans le domaine professionnel. Je fais de la photo depuis dix ans et grâce à une planification rigoureuse, j’ai pu monter petit à petit ma boîte de prod audiovisuelle et événementielle Fireflies. »

Lors d’organisation d’événements, Felana Rajaonarivelo ne va pas voir les panandro (voyants) comme la plupart des Malgaches. «  Je regarde juste s’il y a la pleine lune, du coup je sais qu’il n’y aura pas de pluie », se marre-t-elle. Même dans les pires moments de sa vie, Felana Rajaonarivelo préfère laisser parler son côté rationnel. « Lors du XVIe Sommet de la Francophonie en novembre 2016, on m’a volé mon téléobjectif alors que je devais prendre les portraits des présidents présents. Je ne me suis pas une seule fois imaginée que c’est à cause d’un sort qu’on m’aurait jeté. J’ai pleuré un bon coup et j’ai fait avec les objectifs que j’avais sous la main. » Comme elle le dit si bien, chez elle pas de place pour la poisse !

Liantso Emadisson : « J’ai mes petits rituels »

Une petite dose de superstition en guise de filet de sécurité, ça n’a jamais fait de mal à personne. Et sur ce point-là, ce n’est pas la chanteuse Liantsoa Emadisson qui va nous contredire. « À défaut de pouvoir prédire l’avenir, je pense que la superstition, appliquée à certains aspects de ma vie, me donne l’impression d’avoir le contrôle. »

Liantsoa Emadisson, un brin superstitieuse ? Qui l’aurait cru ! Pour cette grande passionnée de musique, superstition et perfectionnisme vont de pair.

« Je suis quelqu’un de très superstitieux, surtout quand cela touche à mon art. Je veux que tout soit réglé comme du papier à musique, c’est le cas de le dire. Lorsque je me prépare pour un concert, je prends le temps de faire mes petits rituels pour que tout se passe bien. Avant de monter sur scène, il faut que je fasse une sieste d’au moins une heure, que je me fasse mon thé au gingembre et que je prie. Si je ne fais pas cela, ça risque de me porter la poisse. Et je ne chante jamais après 22 heures par peur que ma voix ne veuille plus coopérer et que le concert ne vire à la catastrophe ».
Mais les tendances superstitieuses de notre jeune chanteuse ne s’appliquent pas qu’à la musique. « Dans la vie quotidienne, je suis quelqu’un qui croit beaucoup au karma. Tout ce que tu feras te reviendra forcément tôt ou tard. Par le passé, une personne m’a fait une crasse. Plus tard, sans que je n’aie eu à lever le petit doigt, le mal qu’elle m’a fait lui est revenu en pleine face. » Et paf ! Mais Liantsoa Emadisson est bien consciente qu’à trop être superstitieuse, elle risque de passer à côté des bons moments de la vie. Donc, superstitieuse ? Oui, mais avec modération.

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer