Tara Shakti : « Les vivants et les morts marchent d’un même pas »
20 mars 2017 - Cultures commentaires   //   255 Views   //   N°: 86

Via dolorosa.

Chez Tara Shakti, la peinture est une seconde nature, elle l’accompagne dans ses moments de tristesse, de joie et de colère. Dans ses œuvres, elle apporte cette dimension métaphysique, la quête perpétuelle de la vie après la mort. « Je suis dans l’attente de la révélation hypothétique du sens de la vie. Les personnages sont saisis dans leur gravité existentielle. » Elle le démontre à travers son exposition Au-delà de l’apparence qu’elle a réalisée à Tana en octobre dernier. Une exposition en hommage à sa défunte mère. « Je pense que la mort n’est pas une fin en soi. Il y a des périscopes saisissant de situations. Les vivants et les morts marchent d’un même pas. Et tantôt c’est la mort qui tient le vif, tantôt c’est le vivant qui promène le mort. »

Ce questionnement sur la mort est également présent dans sa collection de peintures intitulée De l’autre côté de la rive.

Pour elle, la certitude scientifique qu’il n’y a rien après la mort ne repose sur aucune preuve. Voyageant entre Madagascar et la Thaïlande, Tara Shakti a été sélectionnée parmi 500 artistes dans le monde avec l’artiste peintre Andry Milay pour une exposition qui a eu lieu à Rome en Italie en février dernier. Ses œuvres s’envoleront ensuite pour Londres, New York, Tokyo et Luxembourg.

Illusion
acrylique et huile sur canevas.

From the west to the east
acrylique sur toile 150 cm X 150 cm.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer