Taa-Tence : Suivez la tendance !
9 mars 2017 - Cultures commentaires   //   380 Views   //   N°: 86

Parmi la jeune génération de tropicaleuses, Taa-Tense est une des celles qui cartonnent le plus actuellement. Avec plus d’une corde à son arc, l’artiste « mafana » – présente aussi bien dans les playlists des stations radio et télévision que sur scène – enivre aussi ses fans avec ses slows langoureux.

Dans la capitale et ailleurs, elle enflamme les dancefloors et domine les playlists des médias. Avec seulement deux albums à son actif, « Aza manary anaka » (Ne déshérite pas ton enfant) en 2011 et « Mbola tiako » (Je l’aime encore) en 2014, Taa-Tense – Hortense Nathalie Tsizaraina Rajaonarivony pour l’État-civil – se trouve dans le peloton de tête des tropicaleuses les plus en vue du moment. Et la chanteuse ne compte pas en rester là, elle est en en ce moment en plein bouclage de son troisième opus qui devrait débouler dans les bacs dans les semaines à venir et faire un tabac. « Il y aura plus de morceaux que d’habitude. Il y aura du tsapiky, du coupé-décalé et du salegy, et surtout deux slows », précise-t-elle.

Ces deux slows, c’est pour gâter les fans. « Je suis d’abord une tropicaleuse mais il s’avère que ce sont mes titres slows qui retiennent le plus mes fans. Ce qui ne dit en aucune manière qu’ils occultent mes morceaux mafana », confie la chanteuse qui se démarque surtout par sa voix un peu rauque mais à la fois douce. Qu’elle fasse du salegy, de l’antosy ou du slow, son timbre vocal révèle une sensualité à faire dresser les poils sur les bras. Du coup, des titres tels que « Mbola tiako » (Je l’aime encore) et « Tsy tiako intsony » (Je ne t’aime plus) mettent les ados en transe.

Par rapport aux tropicaleuses de sa génération, la belle Taa-Tense est très pudique. Sa façon de s’habiller le témoigne. Si les autres font tout pour mettre en évidence leurs rondeurs charnues, elle raffole des robes à La Reine de Neige. Classe et sexy juste comme il faut. « J’évite de choquer les gens, on est à Madagascar », explique-t-elle. Un look qui a ses admirateurs comme le prouve le nombre de visiteurs sur morceaux disponible sur Youtube.

Taa-Tense s’est dévoilée en 2011 avec son premier album « Aza manary zanaka ». Une arrivée en force puisque, contrairement à la majorité des artistes « mafana » qui ont été danseuses ou choristes dans d’autres groupes, elle n’avait aucune expérience dans le showbiz. Elle était juste caissière au cabaret Le Glacier à Analakely, puis au Pandora à Antaninarenina, ces bunkers tananariviens de la musique tropicale. « J’assiste chaque soir à un concert mafana. Toutes les grandes stars de ce registre, de Jaojoby à Vaiavy Chila en passant par Lego, Liana, Onja Tinondia et autres sont passées sosumes yeux. Je m’étais dit ainsi qu’un jour, je serai moi-aussi sur cette scène. Et voilà, j’y suis ! »

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer