Sébastian Alzarreca : « Ça bouge à Diego ! »
2 juillet 2019 - Médias commentaires   //   493 Views   //   N°: 114

Installé à Madagascar depuis quatre ans, Sébastian Alzarreca alias Zoul est tombé sous le charme d’Antsiranana (Diego-Suarez). Il a décidé d’animer une émission radio intitulée « Diego, ça bouge ! » pour valoriser les talents culturels de la ville. Attention, radio activité.

« Diego, ça bouge ! » en quelques mots ?
C’est un magazine radio mensuel d’une heure, présenté en français et consacré à l’actualité culturelle, sociale et économique du nord de Madagascar. Cette émission est diffusée à Antsiranana sur Radio Jupiter et à Tana sur Radio France Madagascar, chaque premier samedi du mois de 14 heures à 15 heures. Des rediffusions ont lieu chaque samedi à la même heure, ainsi qu’en soirée les autres jours de la semaine. Les thèmes sont variés : tourisme, environnement, société, arts et culture, histoire, voyage, économie sont abordés chaque mois sous forme de portraits, de reportages, d’interviews.

Quelles sont les particularités culturelles de Diego ?
Je ressens un certain paradoxe. D’un côté, il y a une énergie créatrice énorme du côté de la jeunesse notamment, avec des associations, des groupes de musique, de jeunes qui s’activent dans toutes les disciplines. 

Je crois que cela est fortement lié à la richesse de l’histoire et à la culture de cette région. Quelques acteurs majeurs font leur possible pour permettre aux talents de s’exprimer. Je pense bien sûr à l’Alliance française d’Antsiranana qui tient une place centrale et rayonne partout avec le Culturbus, mais également à d’autres lieux et organisations comme La Terrasse du Voyageur, le Jardin Tropical, Badamera Park à Ramena, les Zolobe, le Festival Zegny Zo, le Centre Culturel Troupe de Choc et pleins d’initiatives qui essaient de survivre avec plus ou moins de succès. Du côté de la commune urbaine ou de la direction régionale de la jeunesse et de la culture, il y a également quelques initiatives intéressantes qui se développent. Mais de nombreux efforts restent à faire. Il est vraiment difficile pour les artistes de se professionnaliser ;le nombre de scènes musicales reste très limité et on en fait vite le tour. Si l’on peut compter de nombreux festivals de musique du côté de Nosy Be par exemple, on ne peut pas en citer un seul à Diego…

Justement, aider les jeunes fait partie de vos objectifs…
Il y a l’envie de contribuer à la valorisation des talents culturels de la ville d’Antsiranana, la plus cosmopolite et la plus francophile de Madagascar. Sur les plans culturels, environnementaux et touristiques, le potentiel est énorme et encore trop méconnu. Nous aimons cette ville et pensons qu’il est possible de contribuer à son rayonnement et à son développement en proposant cette vitrine à tous ceux qui aiment Diego et qui l’animent… Nous aimerions également partager notre passion de la radio avec les jeunes, qui pourraient peut-être y trouver leur vocation… L’idée est de partager les connaissances et les compétences pour former une nouvelle génération de jeunes reporters passionnés de radio et d’informations.

Des retours des auditeurs ?
Quelques retours généralement très positifs, en particulier du côté de Diego, notamment des acteurs du monde culturel, qui sont ravis de découvrir cet outil à leur disposition. Du côté de Tana, les retours sont plus rares, mais nous n’en sommes qu’au démarrage et cela viendra. Par internet également, les auditeurs se multiplient et il se trouve dans la diaspora un certain nombre de Malgaches heureux d’écouter des nouvelles récentes de la vie culturelle de Diego.

Propos recueillis par #AinaZoRaberanto

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer