Sandrine Lecointe : Bon pour la peau
22 mai 2019 - Diaspora Hexagone commentaires   //   505 Views   //   N°: 112

Depuis 2015, Sandrine Lecointe s’est lancé le défi de lancer une marque de cosmétique à son image : Madagas’Care Cosmétiques. Un métissage de la culture malgache pour la végétation luxuriante du pays et française pour le savoir-faire en 58 produit de beauté.

Sandrine Lecointe est née à Libreville au Gabon, d’une mère métisse chinoise originaire de Morondava et d’un père Français. Elle va grandir sur le continent africain jusqu’à ses 17 ans pour ensuite poursuivre ses années de lycée en France dans des études artistiques. Nostalgique, elle rentre en Afrique et décide d’ouvrir sa première société au Congo en proposant des ateliers d’éveil artistique pour les enfants en bas âge.

Malgré elle (dit-elle), elle retourne à Paris en 2006. Elle commence à travailler dans une startup en plein expansion spécialisée dans le secteur de l’énergie. Une expérience enrichissante qui va la former à la gestion d’entreprise et nourrir son appétit entrepreneurial. « Je viens d’une famille d’entrepreneurs sur plusieurs générations, on aime faire bouger les choses et surtout voyager ! »

C’est après une grossesse difficile, lors d’un séjour à Madagascar qu’elle découvre les bienfaits des plantes dans leurs utilisations traditionnelles. En quelques semaines, ses douleurs se sont nettement apaisées. C’est l’élément déclencheur qui va lancer son projet. Cette jeune maman démissionne de son emploi, enchaîne les formations en cosmétique et crée Madagas’Care cosmétiques fin 2015. Après deux ans de recherche et développement, les premiers produits sortent en janvier 2017. « Aujourd’hui, je suis à la tête de mon entreprise et je suis passionnée par ce que je fais : développer des produits cosmétiques sains pour l’homme et sains pour l’environnement. »

La patronne de Madagas’Care revendique une démarche sociale et écologique. Elle tient à faire découvrir les trésors « verts » de l’île, sensibiliser à la préservation de la biodiversité et participer au reboisement de l’île avec l’organisation Alamanga (un produit acheté = un arbre planté). C’est ainsi que 5 % de son chiffre d’affaires est reversé à l’association Sous le même ciel qu’elle a cofondé, et qui participe à la construction d’écoles à Madagascar.

Ses produits sont issus de plantes endémiques malgaches telles que la brède mafane, le gotu kola ou la Centella asiatica, réputées pour leurs actions cosmétiques. Quant à la partie conception, fabrication et packaging, cela se fait dans un laboratoire dans le sud de la France. Ainsi la marque bénéficie du « made in France », significatif pour son expertise mondiale dans le secteur cosmétique.

Le tout est distribué en France essentiellement via sa boutique en ligne. Mais Sandrine Lecointe rêve d’ouvrir une boutique à Madagascar et d’y créer une gamme exclusive. Un show-room des produits sont déjà disponibles dans le concept-store de l’hôtel Tsanga-Tsanga à Tsaralalana à Tananarive. Son rapport au pays est si important qu’il lui est totalement envisageable d’y revenir un jour.

#ArnaudR./strong>

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer