Sammy & Larak : À deux c’est mieux
16 mai 2018 - Cultures commentaires   //   255 Views   //   N°: 100

Entre Sammy et Larak, c’a été le coup de foudre – musicale, bien sûr – immédiat ! Parlant le même langage, car multi-instrumentistes tous les deux, ils ont décidé de réunir leur passion à travers ce duo qui chante les valeurs traditionnelles, l’éducation et le respect de l’autre. Tout un programme !

Fondateur du groupe Tarika Sammy dans les années 80, Sammy n’a cessé de promouvoir la musique malgache partout où il va. « Aujourd’hui, on cautionne des musiques qui ne correspondent pas à notre culture. Et pourtant, elle a un rôle éducatif qu’il faut prendre en compte. » Influencé par les chansons du maître de la valiha, Randafison Sylvestre, du groupe des années 60 Ny Antsahaly, Sammy a voulu creusé un peu plus le sujet en créant lui-même ses propres instruments : sodina (flûte en bambou), lokanga bara (violon du Sud), jejy voatavo (cithare sur bâton avec à son extrémité une calebasse), marovany valiha (cithare sur caisse en bois), kabosy valiha, kabosy gitara… « J’ai appris la lutherie dans les années 90. Jusqu’à maintenant, je continue mes recherches puisque nous avons une richesse incroyable en termes d’instruments de musique mais qui malheureusement, ne sont pas tous connus. » Autant de petites merveilles « do it yourself » qui lui ont valu la reconnaissance des musiciens et producteurs étrangers. Dont Ben Mandelson, responsable du label anglais Globestyle, avec qui il enregistre deux titres sur la série de compilations « Madagasikara ». Dans son répertoire, tous les rythmes musicaux propres à chaque région de la Grande Île trouvent une place de choix.

Conscient que la musique est un réel partage et que la formation des jeunes générations est plus que primordiale, il n’hésite pas à collaborer avec d’autres musiciens. Sa rencontre avec Larak, chanteuse et musicienne originaire de Fianarantsoa n’a fait que confirmer ses convictions. Sa capacité à jouer plusieurs instruments a tapé dans l’œil ou plutôt aux oreilles de Sammy. Kabosy, harmonica, valiha, accordéon, percussions… Larak a du talent à revendre. Sammy la considère d’ailleurs comme la version féminine de Jean Emilien. « J’ai toujours baigné dans la musique. Pour moi, c’est un don. Sammy m’a appris à révéler ma personnalité », souligne-t-elle.

Ensemble, ils se lancent dans une aventure musicale hors de nos frontières pour être les ambassadeurs de la musique malgache. Souvent accompagnés de Bosco au marovany métallique, ils ont fait une tournée au Danemark, en Allemagne et en Belgique. Leur style musical s’inscrit dans la world music avec tout ce que le concept peut englober. On retrouve ainsi le jazz, le reggae, les rythmes africains fusionnés avec les traditions musicales malgaches comme le horija betsileo (chant polyphonique betsileo), le kidodo (danse traditionnelle betsileo) ou le bahoejy (rythme du nord). Aujourd’hui, la formation ne cesse de promouvoir cette identité musicale malgache car pour elle, la musique est un héritage qui se transmet.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer