Roo’va : Le palais de la reine Nirina
26 octobre 2017 - Diaspora Hexagone commentaires   //   46 Views   //   N°: 93

Roo’va, sa boutique d’art artisanal dans le XIIIème arrondissement de Paris, veille sur le savoir-faire malgache comme le Rova veille sur les Tananariviens. Passionnée de déco, elle vient de monter avec quatre jeunes créateurs malgaches un collectif rassemblant cosmétique, mode, maroquinerie et bien sûr artisanat.

Nirina Ratsihoarana est née à Tana, qu’elle a quittée très jeune en 1972, à l’âge de 9 ans. Cet éloignement avec la Grande Île ne lui a jamais fait oublier d’où elle vient. « Je suis toujours en contact avec ma famille et mes amis et j’y vais au moins une fois par an pour me ressourcer. » Diplômée en Droit et BTS Assistant de gestion, elle a occupé durant vingt ans différents postes à responsabilité dans une entreprise de télécommunication. Mais depuis 2010, elle se consacre en priorité à sa boutique d’art artisanal malgache Roo’va, tout en travaillant pour une association de soins et d’aides aux personnes âgées.

« J’ai toujours trouvé le travail à la main très noble. Avec Roo’va, j’ai eu un déclic et je me suis lancée dans ce qui m’anime : la Création. » L’objectif est de mettre en avant le savoir-faire malgache avec des articles souvent uniques, introuvables ailleurs.

« Je mets en avant les réalisations de jeunes créateurs et accessoirement mes propres créations ! » Et si vous ne l’avez pas remarqué, Roo’va est inspiré du Palais de la Reine qui veille du haut de la grande colline sur les Tananariviens, tout comme Nirina veille depuis Paris sur la création malgache. Si elle travaille avec deux artisans malgaches basés en France, les matières premières sont, elles, importées depuis Madagascar. Elle-même dessine et crée le design des bijoux.

Mais qu’est ce qui différencie Roo’va des autres boutiques artisanales malgaches ? « Ma boutique se veut une véritable immersion dans la Grande Ile. Les clients ont la sensation de voyager à travers les objets exposés… Tout cela dans une ambiance malgache authentique, colorée et en musique. » Cette année, Nirina a rencontré quatre jeunes créateurs avec qui elle a monté un collectif 100 % malagasy regroupant la cosmétiques naturelle (Madagas’Care Cosmétiques), la mode vestimentaire (Chic et Chou), la maroquinerie (Andridz) et l’artisanat (Korosol et Roo’va). « Nos mots d’ordre sont création, authenticité, biodiversité, originalité, haut de gamme et convivialité. » Tout un programme ! Et le retour au pays ? « Qui sait de quoi l’avenir est fait ? Pour sûr, je rentrerai à Madagascar pour ma retraite, et pourquoi pas avant si l’opportunité de créer m’est offerte ? »

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer