PSI Madagascar : « Le sida à Madagascar en chiffres »
17 octobre 2016 - Tribune commentaires   //   4120 Views   //   N°: 81
Les opinions exprimées dans cette page n’engagent que leurs auteurs. no comment® se désolidarise de tout contenu politique ou religieux, sectaire ou partisan.

Près de trente ans après la découverte du premier cas d’infection à Madagascar, le pays est aujourd’hui en situation d’épidémie concentrée avec une forte prévalence du virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Elle est estimée à 0,3 %.

L’épidémie du VIH/sida n’a épargné aucune nation et touche sévèrement les plus pauvres d’entre elles dont Madagascar. Selon les résultats de l’analyse des modes de transmission, 99,3 % des nouvelles infections sont issues des populations spécifiques dont les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (14,7 %) et les consommateurs de drogue injectable (7,1 %). D’autres populations vulnérables sont aussi connues dans le pays telles que les professionnelles du sexe, les personnes détenues et les jeunes ayant des comportements à risque de transmission du VIH.

D’après le rapport du Secrétariat exécutif du Comité national de Lutte contre le Sida (SE/CNLS), près de 40 000 personnes vivent avec le VIH/sida en 2015. Seuls, 1 828 d’entre eux ont été suivis de près par les services de santé affiliés au ministère de la Santé publique. La plupart des individus atteints du VIH/sida ne sont pas connus. Ils préfèrent se cacher par peur de la stigmatisation et de la discrimination qui sont encore, hélas, bel et bien présents dans notre société. Voilà pourquoi, à Madagascar, le nombre de cas enregistrés officiellement est relativement faible même si la réalité es est autre.

Toutefois, des actions de prévention sont actuellement menées par Population Services International – PSI Madagascar et se focalisent sur les populations clés les plus exposées notamment les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes, les professionnelles du sexe et leurs clients mais aussi les autres populations vulnérables tels que les jeunes entre 15 et 24 ans. La campagne inclut la communication pour le changement de comportement à travers les pairs éducateurs qui véhiculent des messages clés de prévention,la promotion et la distribution gratuite des préservatifs masculins et féminins, l’accompagnement des cibles dans les centres médicaux pour le dépistage,l’offre de service de conseils et test volontaire du VIH ainsi que la prise en charge des IST (Infections sexuellement transmissibles) dans les centres médicaux qualifiés comme le centre Top Réseau.

À travers son programme de prévention du VIH, PSI Madagascar contribue activement à l’atteinte des objectifs fixés par le pays selon le Plan stratégique national (2013-2017). Malgré les activités de sensibilisation, les connaissances spécifiques sur le VIH s’avèrent insuffisantes. Ce Plan stratégique national vise à améliorer l’accès aux informations, aux moyens et services de prévention et assurer une prise en charge de qualité. D’ici la fin de l’année 2016, PSI va élargir son domaine d’intervention pour la lutte contre le VIH en effectuant des activités de prévention envers les détenus ainsi que les consommateurs de drogue injectable. Un pas de plus vers l’objectif d’éradiquer le VIH/sida avant 2030, espérons-le !

Dr Tantely Raoelison
PSI Madagascar

Créée en 1998, Population Services International – PSI Madagascar a pour mission d’améliorer la santé des Malgaches vulnérables et à faible revenu en leur donnant accès à des produits et services de qualité. PSI Madagascar est affilié à PSI, une organisation internationale de marketing social qui travaille dans plus de 60 pays.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer