Pov by Soherina : Des T-shirts militants signés POV !
30 novembre 2018 - La mode commentaires   //   119 Views   //   N°: 106

Le célèbre caricaturiste, illustrateur et bédéiste Pov a trouvé un nouveau support pour sa passion. Il a lancé en juin dernier sa marque de T-shirt Pov by Soherina aux messages civiques et patriotiques. De Maurice où il travaille, Pov n’a rien oublié de ses engagements envers son pays natal.

Vokatry ny tany (Produit du terroir)
« L’administration malgache déroule le tapis rouge aux friperies en provenance de l’Occident et de la Chine en leur offrant une détaxation. Même les produits les plus bas de gamme sont les bienvenus. » D’après Pov, il s’agit d’une concurrence déloyale au détriment de la production locale.

Avec son jean et son t-shirt, Pov est bien dans ses baskets. Il a tout d’un look de grand enfant et adore faire du dessin ! Cela tombe bien puisqu’il en a fait son métier. Ses caricatures dans l’Express de Maurice depuis 2006 et dans l’Express de Madagascar depuis 2013 le démarquent des autres. Ses dessins teintés d’ironie et de sarcasme provoquent parfois un rire jaune mais ne laissent pas les lecteurs indifférents. Son pseudo POV, surnom depuis son enfance mais qu’on peut aussi associer à Point Of View (point de vue), trouve tout son sens. Et il tient à affirmer sa position de commentateur : « Je n’informe pas les lecteurs, je ne fais que commenter en image les faits de sociétés. En voyant tous les malheurs qui s’abattent sur le pays, le dessinateur en moi s’amuse bien mais le citoyen est triste. » C’est la raison qui l’a amené à se lancer dans un tout autre domaine : la T-shirterie.

En collaboration avec la société textile Unité zéro, Pov a lancé en juin dernier sa marque Pov by Soherina. Une collection de T-shirts imprégnés de ses dessins aux messages militants et avec pleins d’humour.

Espèces en danger
À Madagascar, non seulement les faunes et les flores sont menacées, mais aussi les êtres humains. Pov pense au taux élevé de mortalité infantile, des malades qui meurent faute de moyens et de soins, des victimes des dahalo et des criminels à col blanc assis dans leurs bureaux prenant des décisions qui nuisent à la population. « Tant de morts dont on n’entend parler que brièvement dans le journal. »

« Ce sont des dessins sarcastiques qui se moquent des habitudes de notre société. J’évoque, par exemple, le fait de toujours consommer ce qui est importé, les votes des gens achetés par des T-shirts ou encore les hommes politiques qui ont le pouvoir et se permettent tout, etc. A travers ces T-shirts, je souhaite éveiller la conscience citoyenne. Après tout, on est tous autant responsable de ce qui se passe dans ce pays. » La collection compte sept dessins avec une production de plus de 200 T-shirts vendus à partir de 40 000 ariary et disponibles sur le site Soherina lancé en octobre. « Nous avons choisi le nom Soherina parce que c’est la chrysalide du futur papillon. Cela marque une idée d’évolution. »

D’aussi loin qu’il se souvienne, il a toujours aimé dessiner. Sur les bancs du collège Saint Michel jusqu’à l’Université d’Antanarivo, il a passé son temps à transformer ses leçons en dessin. « En 1991, à l’époque des manifestations, j’ai beaucoup aimé les dessins de presse du regretté Aimé Razafy. Sa manière de traduire les situations politiques et sociales en images m’a beaucoup inspiré. »

Ze tiako ihany io (Je vote pour qui je veux)
Ce dessin évoque le libre choix des gens malgré les propositions électoralistes des candidats à la présidentielle. « On promet la belle vie aux électeurs en achetant leurs votes par des sacs de riz, des T-shirts ou encore quelques billets… »

Manampahefana (Personnalités au pouvoir)
Une 4×4 blindée avec gyrophare d’une personnalité au pouvoir est bloquée dans la circulation. Le genre de voiture qui a le pouvoir de passer coûte que coûte même dans les rues les plus encombrées de la capitale. Mais selon Pov, tout le monde, malheureusement, se veut prioritaire dans la circulation, que ce soit les 4×4, les zébus, les scooters, les piétons, les taxis… et la fin, il n’y a plus de circulation !

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer