Pin’s
15 novembre 2014 - Vintage commentaires   //   2427 Views   //   N°: 58

Copains copin’s ?

L’ancêtre du pin’s  est bien entendu le badge dont l’origine, toute militaire, remonterait au XVIIIe siècle : ironie du sort, il connut son heure de gloire avec le fameux logo Peace and Love accroché au revers des vestes en velours côtelé des antimilitaristes de tout poil !

A la différence du badge (ou épinglette), le pin’s se fixe avec une attache dorée, appelée le « papillon »  C’est ce mode de fixation rapide qui a contribué à la popularité soudaine de ce petit accessoire à partir des années 80. En France, c’est en 1987 précisément que le pin’s publicitaire connaît son vrai lancement à l’occasion du tournoi de Roland Garros. Sa production explose littéralement  jusqu’aux Jeux Olympiques d’Albertville de 1992, période bénie où toutes les sociétés se mettent à distribuer des pin’s  à leur effigie. 

Au milieu des années 1990, l’engouement  faiblit progressivement pour ne plus concerner que les collectionneurs avertis appelés aussi philopins ou philopinistes. La fabrication des pin’s n’a pas été tout à fait arrêtée, mais elle reste aujourd’hui confidentielle et concerne plus des évènements sportifs ou culturels que les sociétés commercales. La valeur des pin’s a énormément chuté, du fait du manque de collectionneurs. En brocante, un pin’s s’achète en moyenne 10 à 20 centimes d’euros, parfois 50 centimes. Certains pin’s sont à la fois rares et fabriquées par des sociétés célèbres donc recherchés par les collectionneurs. Parmi ces collectors les Pin’s Roland Garros ou les Séries limitées Disney et Disneyland. De manière générale, les marques prestigieuses de l’agroalimentaire (cognac, champagne) ou du secteur automobile sont plus recherchées, lorsque leurs pin’s sont en séries limitées de quelques centaines d’unités. Parmi les pin’s les plus recherchés, ceux estampillés TF1 qui se vendent jusqu’à 10 euros pièce.

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer