Passe-moi le ké-tsiap !
10 mars 2015 - Vintage commentaires   //   1719 Views   //   N°: 62

C’est la petite sauce incontournable pour faire la fête au hamburger. Inséparable du fast-food à l’américaine, le Ketchup Heinz est pourtant né en Asie il y a plus de 500 ans sous le nom de ké-tsiap. À défaut de tomates, on y mettait des anchois… 

Petit problème de sémantique, faut-il dire : passemoi le ketchup ou le ké-tsiap ? Eh bien, les deux sont possibles ! Ké-tsiap (littéralement, « saumure de poisson ») est le mot chinois qui désigne une sauce piquante aux anchois que les marins auraient ramenée d’une expédition sur le fleuve Mékong, il y a 500 ans : c’est ni plus ni moins que le bon vieux nuoc-mâm, toujours servi au Vietnam ! Rapportée par les marins hollandais, on la retrouve en Europe au XVIIe siècle, mais déjà très adoucie par l’ajout de champignons : à partir de 1750, le mot ketchup désigne toute sauce sombre à base de champignons. Ce n’est que vers 1850, sans doute en Grande-Bretagne, qu’on commence à faire entrer la tomate dans la préparation.

C’est à cette époque également qu’apparaît aux Etats-Unis un personnage du nom de Henry John Heinz, né en 1844 à Pittsburgh, d’une famille d’émigrés allemands. Après s’être lancé dans la production de condiments sous verre (sauce au raifort, cornichons, moutarde), il inaugure en 1875 un nouveau produit : le Ketchup Heinz, conditionné dès le début dans des bouteilles de verre transparentes, de manière à prouver sa pureté. Le design des bouteilles actuelles date de 1948, à peine bousculé par l’arrivée du plastique en 1983. Heinz est surtout la première société à fabriquer du ketchup sans colorants ni conservateurs artificiels, juste de la tomate mûrie à point, du vinaigre et des épices, ce qui contribue d’emblée à son succès. Aujourd’hui, il se vend 650 millions de bouteilles de Ketchup Heinz chaque année dans plus de 140 pays, soit 21 bouteilles vendues chaque seconde… 

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer