Pascal Grimaud
1 mai 2013 - Portfolio commentaires   //   1371 Views   //   N°: 40

Tout ce que je ne veux pas photographier !

Après un premier livre sur Madagascar en 2004(Le Bateau ivre, histoires en terre malgache, textes de Jean-Luc Raharimanana), Pascal Grimaud, Prix Kodak de la Critique en 2001, projette de sortir un second ouvrage en 2014. Il y développera une autre approche photographique avec l’utilisation de la couleur et la recherche d’autres lumières, alors que son premier travail, proche du reportage, reposait sur le noir et blanc. « Je fais beaucoup de chambre noire et de laboratoire, ma pratique reste artisanale. Maintenant que je suis revenu dans la Grande Île, je veux faire des photos contemporaines pour éviter de donner ce côté très daté des photos sur Madagascar. On a l’impression que le temps est figé.».

« La photo avec la voiture a été faite le premier soir où je suis venu animer un atelier photo à Tana. Après une journée d’avion, je suis allé à l’hôtel du Louvre. Je sors sur le balcon et je vois ce taxi qui attendait des clients à minuit. Je n’avais qu’une envie, c’était de me coucher, mais je ne voulais pas rater une telle occasion. La lumière était sublime. »

« Une photo prise à Toamasina. Je ne voulais pas cadrer son visage, non pas parce que c’était inintéressant, mais le sujet c’était son corps et sa posture. »

« Ambositra. J’ai vu une personne qui récoltait du riz avec toutes ces couleurs autour d’elle, tout ce que je ne veux pas photographier ! Alors, je lui ai demandé de poser devant ce mur gris. Il y avait plein de petits grains de riz accrochés à sa veste qui ressemblaient, à première vue, à des larves. C’est ce côté étrange dans la photo qui m’intéresse. Ca enlève toute la dimension caricaturale et folklorique qu’on a l’habitude de voir… »

Recueillis par #AinaZoRaberanto

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer