Opus 106 : Sur les traces du roi de la valse / Le duo du moment
9 août 2017 - Cultures commentaires   //   419 Views   //   N°: 91

Sur les traces du roi de la valse

Andri Joël Harison à l’appartement-musée de
Johann Strauss II, rue Praterstraße 54, Vienne
(Photo: Milagros Martínez-Flener)

Ce mois-ci, j’aimerais vous donner des nouvelles du maestro de Vienne. Vous rappelez-vous ? Nous parlions de lui dans le numéro 70 de no comment®. Andri Joël Harison, c’est le jeune virtuose malgache, né en Autriche en 1995. A 19 ans, il avait sorti son premier album, un opus remarquable le présentant comme un artiste polyvalent : pianiste, ténor, mais également compositeur.

Il poursuit actuellement ses études à l’Université de musique et d’arts appliqués de Vienne en direction d’orchestre, et il a aussi l’occasion de se produire régulièrement en tant que pianiste dans des lieux privilégiés,

tels que l’Université Anton Brückner à Linz, en octobre 2014, ou encore au Salon Bösendorfer de la Mozarthaus Vienna en novembre dernier, dans un répertoire spécial « Soirée de Vienne ».

C’est d’ailleurs sur ce thème qu’Andri Joël Harison a orienté son deuxième album, produit chez Gramola en juin 2017. Le disque s’articule autour de la période classique et romantique viennoise. Il y interprète Beethoven (la Sonate pour piano Op. 26), Schubert (la sublime D664), mais surtout le roi de la valse, Johann Strauss II qui coule de ses doigts avec une décoiffante facilité. Une mention spéciale pour la Kleine Fledermaus, composition de notre jeune musicien, paraphrasant les thèmes de la Chauve-Souris de Strauss… Je ne vous en dis pas plus, nous aurons bien sûr l’occasion d’écouter quelques extraits de cet album dans Opus 106 ce mois d’août.

Le duo du moment

Rindra Rajeriarison, mezzo-soprano, et Hajatiana Rakotozafy, ténor. Pour vous, amateurs de musique lyrique, voilà les deux nouveaux noms à suivre de près. Ces jeunes artistes se sont produits fin juillet dans le Requiem de Mozart avec l’Ensemble Vocal Hiraitra, et un peu plus tôt dans le mois, à l’Hôtel de Ville Analakely dans un concert exclusif intitulé Quand l’amour triomphe.

Ils sont tous deux étudiants en classe performer à l’Anglican Music Institute (AMI). Natacha Rajemison, leur professeur, est particulièrement satisfaite de leurs performances : « En plus de leurs qualités vocales indéniables, Rindra et Hajatiana ont jusqu’ici réalisé un parcours sans faute à l’AMI ». Nos deux chanteurs y sont formés par Oksun Kim et Ando Ny Aina Razananaivo, et depuis déjà deux ou trois ans, on peut apprécier leurs prestations sur la scène tananarivienne. On a vu Rindra au pupitre des solistes, notamment dans la Messe de requiem de Saint-Saëns en mai 2016, et Hajatiana dans la Petite Messe Solennelle de Rossini en juin dernier.

Pour ma part, c’est pour leur interprétation transcendante d’Abraham and Isaac, le Cantique II op. 51 de Britten, en mars dernier avec le pianiste Doria Rakotondrazaka que j’ai eu le coup de cœur.

Retrouvez Valérie Raveloson dans l’émission Opus 106 tous les dimanches de 18 h 30 à 20 heures sur la RLI FM 106 by no comment®.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer