Opus 106 – Parson Rajaofetra : Plus d’une corde à son arc
12 mai 2017 - Cultures commentaires   //   291 Views   //   N°: 88

Il y a maintes et maintes manières de promouvoir la musique. Il y a les métiers au devant de la scène : interprètes, compositeurs. Il y a ceux qui transcrivent les partitions (Haja Razakatsara, No Comment n° 87). Et ceux qui créent, entretiennent et réparent nos instruments. On les appelle les luthiers.

Parson Rajaofetra, l’un des plus grands luthiers de la capitale, nous a quittés le 27 février dernier. Rajaofetra est un nom connu dans le monde musical. Il est aujourd’hui associé aux Cours de Musique Talenta, au Music Shop Rajaofetra ou encore au Studio Miti qui sont gérés par ses fils. Mais avant de passer le flambeau, Parson Rajaofetra a su faire faire fleurir brillamment l’industrie de la musique acoustique à Madagascar.

Son père, l’éminent Emilien Rajaofetra, était fabricant d’harmoniums. Comme ses frères, le jeune Parson est intégré dans l’entreprise familiale, mais un besoin irrépressible d’indépendance le pousse à s’installer à son compte. Il ouvre alors son propre atelier à Isoraka, à 26 ans. Le jeune homme veut rester dans le domaine de la musique sans empiéter sur les affaires de son père. Alors il commence par se spécialiser dans la réparation d’instruments, ainsi que dans la location et l’accord de pianos. 

« A l’époque, c’est toujours lui qui fournissait les coopérants de l’université installés pour quelques années à Mada », se rappelle son épouse Jacqueline.

Toujours à la recherche du meilleur, le couple Rajaofetra entreprend de se former à l’étranger pour savoir ce qui se fait de mieux dans leur domaine. Ils visitent des usines en Allemagne, apprennent tout sur la confection des cordes, marteaux, feutres… et reviennent au pays avec des machines performantes pour pouvoir produire eux-mêmes ces précieux accessoires que l’on paie au prix fort à l’import.

A partir des années 1970, les Rajaofetra sont capables de fabriquer tous les instruments à cordes, dont la fameuse guitare « Beso Gasy », une création de Parson Rajaofetra très prisée par les amateurs de Bà-Gasy (Mahaleo, Bouboule, Henri Ratsimbazaf). Leur activité s’étend également à la vente de partitions et d’instruments : pianos, orgues électroniques, sans oublier l’enseignement de la musique.

Parson Rajaofetra était perpétuellement en éveil pour faire progresser son entreprise, c’était un travailleur infatigable. Son fils Roberto se souvient : « Il était souvent au bureau, mais il lui arrivait de descendre subitement à l’atelier, d’enfiler une blouse et de se remettre devant les machines comme les premières années. Il aimait son métier ! »

L’amour, le partage aussi, sont sans doute les clés de voûte de cette vie consacrée à la musique, puisqu’aujourd’hui, chacun des fils de Parson Rajaofetra travaille également dans la promotion de la musique.

Retrouvez Valérie Raveloson dans l’émission Opus 106 tous les dimanches de 18 h 30 à 20 heures sur la RLI FM 106 by no comment®.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer