Opus 106 : Christian Rakotonirina, Le chœur sur la main
7 septembre 2016 - Cultures Music Musiques commentaires   //   1000 Views   //   N°: 80

Ce mois-ci, j’ai eu le plaisir de retrouver Christian Rakotonirina, Titan pour les intimes. Il dirige la prestigieuse chorale Lilia Andohasaha depuis 1989, ainsi que l’ensemble vocal Harmonia, qu’il a fondé en 2002.

Tous ceux qui ont travaillé avec Titan connaissent ses qualités de fédérateur et sa profonde empathie. Le ténor Lova Raoelison, ancien membre d’Harmonia et actuellement à la baguette du Chœur d’Hommes de Madagascar en témoigne : « S’il pense par exemple qu’il faudrait programmer des répétitions supplémentaires avant un concert, il prendra le temps de l’expliquer à chaque membre de l’équipe pour trouver la meilleure entente possible. »

Car pour ce chef de chœur d’exception, la connivence avec ses musiciens et son chœur est primordiale pour monter un projet musical.

Et des projets, il en a réalisés, Christian Rakotonirina ! En 2002, l’année de sa création, Harmonia présente la Symphonie n°9 de Beethoven. Puis, en collaboration avec le Rotary Club Mahamasina, plusieurs opéras seront montés en intégralité : Carmen de Bizet en 2005, Israël en Egypte de Haendel en 2008, Notre-Dame de Paris de Cocciante en 2009, les Indes Galantes de Rameau en 2010, etc. En même temps, Lilia Andohasaha défend brillamment la musique sacrée, pour ne citer que la Messe du Couronnement de Mozart (1996 et 2015), l’oratorio Paulus de Mendelssohn (2011) ou encore la Cantate BWV 104 de J.S. Bach (2013).

Mais comment fait-il, avec son sourire patient, pour réaliser autant de challenges ? Remontons à ses débuts. Lorsque Titan n’est encore qu’un enfant, son père dirige la chorale Lilia Andohasaha et sa mère y chante. Les premiers missionnaires anglais ont su léguer à l’Eglise Anglicane d’Ambohimanoro – qui héberge le chœur – une rigoureuse éducation musicale. Fort de cet héritage, le jeune homme fait ses premiers pas dans la musique classique sans aucune difficulté. Il est d’abord initié à l’orgue et bénéficie des conseils de Rodolphe Razafimaholy et de L. Em. Randrianarivelo. Parallèlement, c’est au collège, avec Gilles Ramiarison qu’il apprend le solfège. Et lorsqu’il est désigné pour prendre la direction de Lilia Andohasaha en 1989, il se retrouve dans son élément naturel.

Mais à l’époque, à Tana, il n’y a pas encore d’école pour devenir chef de chœur ou d’orchestre. Titan se forme donc en autodidacte, et d’ateliers en rencontres, il observe, prend tout ce qui est bon, et sa curiosité n’a d’égale que l’ampleur de ses rêves. La collaboration avec Jean-Louis Tavan, directeur musical de Cantaréunion figure parmi celles qu’il a le plus appréciées. Elle a notamment permis à une délégation de chanteurs malgaches de participer plusieurs fois à de grands programmes de concerts avec chœur et orchestre sur l’île de la Réunion et en France (la 9ème de Beethoven, le Requiem de Mozart, la Traviata de Verdi…)

Christian Rakotonirina est aujourd’hui considéré comme le zoky (le frère aîné) de toute la nouvelle génération de chefs de chœur et de chanteurs de Tana. Son inspiration et sa motivation permanentes portent son équipe en toute confiance de projets en projets. La soprano Natacha Rajemison, qu’il a choisi pour incarner Carmen en 2005 loue sa témérité et sa générosité : « Toujours positif, ouvert et innovant, il n’a pas peur de faire de grands projets. Et lorsqu’il les réalise, il donne à chacun de ses musiciens de belles opportunités pour progresser ».

Titan nous prépare deux beaux programmes de concert pour ce dernier trimestre : des chants sacrés a capella avec Harmonia en octobre, et la Petite Messe Solennelle de Rossini en novembre, pour clôturer le cinquantenaire de Lilia Andohasaha.

Retrouvez Valérie Raveloson dans l’émission Opus 106 tous les dimanches de 18 h 30 à 20 heures sur la RLI FM 106 by no comment®.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer