Nully Ratomosoa : « Je m’accroche à ma musique »
14 mars 2017 - Cultures commentaires   //   299 Views   //   N°: 86

Avec ses dreads, on aurait tendance à le classer parmi les chanteurs de reggae. Pourtant, c’est dans le jazz que le bassiste Nuly Ratomosoa a choisi de naviguer. Méconnu du grand public, il surprend avec son premier album « Misarangotra » (s’accrocher) sorti en décembre dernier. Titre accrocheur ?

« Misarangotra », musicalement ?
C’est un album dans un registre jazz fusion et rythmes traditionnels. Les arrangements sont basés sur les structures du jazz mais les racines sont traditionnelles, du Sihanaka à Ambatondrazaka. L’album est composé de sept titres, entre autres Fanahy (âme), Gasikara, Misarangotra et Zavaboary (Environnement). Les thèmes que j’aborde tourne beaucoup autour de l’âme humaine, de la faune et la flore malgaches et du Zanahary, le grand Créateur. Pour la réalisation de Misarangotra, j’ai collaboré avec Ulys à la guitare, Titi, Tax et Jimmy B Zaoto à la batterie, Nico Mad à la trompette, Hegel au clavier. Davis m’a aidé au chant.

Tu te revendiques de Marcus Miller ?
Ma passion pour la musique a commencé en 2002 en jouant de la guitare avec des amis. Mais le vrai déclic, pour la basse, c’est lorsque j’ai écouté une cassette de Marcus Miller que mon oncle m’avait offerte. Dès que j’ai entendu sa façon de jouer, surtout son slap, je savais que c’est ce que je voulais faire. Le slap (claque en français), c’est cette technique de jeu qui permet de produire des sons assez aigus et qui percutent.

Tes projets ?
Pour le moment, je me consacre à la promotion de l’album. Il n’est pas encore vendu officiellement, mais on peut l’acheter durant mes concerts. Vers la fin du mois d’avril, je participerai à un festival qui se déroulera à Tana. À mes débuts, les gens se fichaient pas mal de ma musique, mais je n’ai pas baissé les bras. Maintenant, quand je suis sur scène, le public est nettement plus réceptif. Peut-être que c’est moi qui me suis amélioré (rires).

Propos recueillis par #AinaZoRaberanto

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer