Noël, j’ai les boules
12 décembre 2014 - Vintage commentaires   //   2640 Views   //   N°: 59

A l’origine, l’arbre de noël était décoré de belles pommes rouges, symboles de la vie durant la saison morte. Puis on ajouta des bonbons, des gâteaux, des noix et des noisettes. en 1847 un artisan de Lauscha, en Allemagne, a l’idée de reproduire ces noisettes en verre soufflé, ouvrant une tradition qui se répand très vite à travers le monde.

En 1858, une grande sécheresse prive la Lorraine, province française voisine de l’Allemagne, de pommes et de fruits, privant du même coup les sapins de Noël de leurs décorations. C’est alors qu’un souffleur de verre de Meisenthal, en Moselle, a l’idée de reprendre ces fameuses boules en verre de Lauscha.

Elles commencent vraiment à se répandre en France à partir de la fin du XIXe siècle grâce à la verrerie Vergo de Goetzenbruck, village voisin de Meisenthal. Ici, les ouvriers verriers soufflent depuis 1721 des boules de 80 cm de diamètre qu’ils cassent ensuite en morceaux pour réaliser des verres à lunettes et d’horlogerie.

Une reconversion toute trouvée pour Vergo qui exporte dans les années 1950 plus de 200 000 de ces boules réfléchissantes à travers le monde. En 1964, Vergo doit toutefois arrêter de souffler le verre car les usines automatisées permettent de produire des boules beaucoup moins chères.

L’entreprise dépose le bilan en 1981 et laisse le champ libre à la Pologne qui a elle-même une longue tradition de boules de Noël manufacturées qu’elle exporte vers les États-Unis, le Canada, les pays scandinaves, le Royaume-Uni, le Japon… Mais l’histoire n’est pas fi nie pour la boule lorraine.

À partir de 1998, les derniers verriers de Vergo se regroupent à Meisenthal au sein du Centre international d’art verrier afin de transmettre aux jeunes générations les techniques de soufflage et d’argenture des boules de Goetzenbruck.

Depuis lors, durant les quelques semaines qui précèdent Noël, des milliers de personnes se pressent à Meisenthal pour assister au ballet des souffleurs de verre et acquérir quelques-unes de ces précieuses boules peintes à la main. Un vrai conte de Noël.

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer